17/05/2020 07:18
La vannerie traditionnelle des Khmers dans la commune de Phú My, district de Giang Thành, province de Kiên Giang (Sud), est un artisanat ancestral qui a créé des milliers d’emplois locaux.
>>Une tradition solidement ancrée dans le temps
>>L’artisanat vietnamien en fête dans l’ancienne capitale de Huê
>>Le pionnier de l’artisanat des lampions à Hôi An

La matière première utilisée pour tresser chapeaux, corbeilles, matelas, nattes, paniers… est la co bàng (nom scientifique : Lepironia articulata), une plante herbacée vivace qui pousse en grandes touffes dans le delta du Mékong. Ces produits artisanaux sont vendus à la fois dans le pays et à l’étranger.

La commune de Phú My compte environ 6.000 personnes, la plupart engagées dans ce métier traditionnel, notamment dans les hameaux de Trà Phot, Thuân Án, Kinh Moi… où les habitants bénéficient de prêts préférentiels pour acheter des matériaux et machines. Chaque artisan peut fabriquer trois à quatre produits par jour, ce qui rapporte quelque 100.000 dôngs. Malgré des revenus assez bas, cet emploi reste une bonne option pour les agriculteurs pendant leurs temps libres. Un moyen de subsistance qui contribue à la réduction de la pauvreté.

Récemment, Phú My a été reconnue comme commune modèle de la Nouvelle ruralité pour la période 2016-2020.
 
Texte et photos : Ky Son/DTMN/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam accueille 3,73 millions de touristes étrangers en cinq mois Le nombre total de touristes étrangers venus au Vietnam entre janvier et mai a régressé de 48,8% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO).