14/11/2021 09:10
Le stupa du village de Yên Hoà dans la province de Nghê An (Centre) est un vestige précieux de l’architecture du bouddhisme Hinayana, arrivé au Vietnam depuis la Thaïlande au VIIe siècle. Les habitants locaux attendent une rénovation avant qu’il ne soit trop tard.
>>À la découverte de la région de Nghê An
>>Environ 7.000 touristes à la zone de vestige spécial de Kim Liên
>>Le site commémoratif de Nguyên Sinh Sac, le père de Hô Chi Minh

Le stupa de Yên Hoà se dresse dans le village éponyme de la province de Nghê An (Centre). Photo : TT/CVN
Situé dans le village de Yên Hoà, commune de My Ly, district montagneux de Ky Son, le stupa de Yên Hoà, haut de 30 m, s’élève comme une épée pointant vers le ciel.

Le corps principal de ce stupa est un pilier carré en brique mesurant 5 m de côté et son sommet se compose de plusieurs étages. Bien qu’elle présente une architecture unique et des motifs complexes, la majeure partie de la façade tombe aujourd’hui en ruines, mettant à nu les briques. Le stupa est également recouvert de mousses et d’herbes folles.

À côté, se dresse un arbre Bodhi, aussi haut que le stupa. Les habitants locaux ont construit un petit temple à côté de l’arbre et placé deux statuettes de Bouddha d’environ 15 cm de haut. De plus grandes statues sont présentes à l’intérieur du stupa. Les habitants des douze villages de la commune de My Ly considèrent le stupa ainsi que les statues comme un trésor sacré.

Le seul stupa encore debout

Dans le passé, la commune de My Ly avait un petit ensemble de stupas, a informé un responsable du Comité populaire de My Ly. En dehors de celui de Yên Hoà, il y en avait trois autres plus petits dans les villages de Xiêng Trên, Xiêng Tam et Hoà Ly. Mais ces trois-là se sont effondrés et leurs derniers vestiges ont complètement disparu. Celui de Yên Hoà est aussi fortement dégradé et penche même depuis quelques années après qu’une forte tempête ait endommagé sa base.

Le stupa est recouvert de mousses et d’herbes folles.
Photo : DT/CVN

Aux dires de certains chercheurs, le stupa a été construit par des moines bouddhistes Theravada venus de Thaïlande au VIIe siècle.

Dans la tradition du bouddhisme Hinayana, deux sortes de stupas sont construites :  l’une pour les temples et l’autre pour les tombeaux. Celui de la commune de My Ly appartient au premier genre. Sa structure est maintenant sérieusement dégradée. Les habitants ont installé des panneaux d’avertissement pour les habitants et les touristes. Ils ont également demandé aux autorités concernées de la rénover.

Kha Van Nghê, 55 ans, un habitant local informe avoir vu de nombreuses statues de Bouddha autour du stupa lorsqu’il était petit. Depuis 1970, nombre d’entre - elles ont été dérobées. "Certaines personnes ont même pénétré dans le stupa pour emporter des statues et autres objets anciens", raconte-t-il.

Selon le président du Comité populaire de la commune, Luong Van Bay, bien que le stupa soit situé dans une zone difficile d’accès, il attire toujours des visiteurs. "Chaque mois, les habitants brûlent de l’encens et apportent des offrandes. Nous espérons que les services concernés entreprendront bientôt la rénovation de ce monument de valeur", souligne-t-il.
 
Thúy Hà/CVN





 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.