18/09/2020 17:09
Julien Brun, directeur de CEL Consulting, a partagé avec Le Courrier du Vietnam les perspectives de l’EVFTA en ce qui concerne une unité étrangère opérant au Vietnam dans le domaine de la logistique.
>>Exportation du premier lot de fruits vers l'UE dans le cadre de l’EVFTA
>>Le Vietnam facilite l'investissement des entreprises de l'UE


Les produits halieutiques sont l'un des produits phares du Vietnam qui pourront stimuler les exportations vers l'Europe dans un proche avenir.
Photo : VNA/CVN

Dans un contexte de ralentissement du commerce mondial, l'accord de libre-échange Union europénne - Vietnam (EVFTA) tant attendu est entré en vigueur en août 2020. Un peu d'espoir en cette période sombre. L’accord apportera des avantages et des opportunités significatifs au Vietnam dans les années à venir.

L'EVFTA est l'accord de commerce et d'investissement le plus complet et le plus ambitieux que l'UE ait jamais signé avec un pays d'Asie en développement. Le Vietnam aura accès à un marché  d'environ 446 millions de personnes et d’un PIB total de 14 billions d’USD.

Parallèlement, les exportateurs et les investisseurs de l'UE auront plus d'opportunités pour atteindre l'un des pays les plus grands et les plus dynamiques d'Asie du Sud-Est. Il s’agit de l’élimination de taxes à l’importation sans précédent pour un pays comme le Vietnam, démontrant la volonté d’une intégration et de relations commerciales plus approfondies avec l’UE.

Suppression des taxes douanières sur sept ans

Lorsqu'il s'agit d'un ALE, la première attention est l'élimination des droits d'importation. C'est en effet le résultat le plus évident et le plus pratique de ces accords. L'EVFTA ne fait pas exception et ces sept prochaines années, presque tous les droits de douane - sur 99% des lignes tarifaires - seront éliminés.

Le Vietnam et l'UE sont considérés comme deux marchés favorables et complémentaires. Le Vietnam exporte des biens que l'UE ne peut ou ne peut pas produire seule (comme les produits de la mer et les fruits tropicaux), tandis que les produits importés de l'UE sont également des marchandises que le Vietnam ne peut pas encore produire : machines,  avions, produits pharmaceutiques de haute qualité…

L'EVFTA permet soutenir le Vietnam à développer ses infrastructures et sa chaîne d'approvisionnement. Photo : ST/CVN

Cependant, si l'idée de "taxe zéro" est intéressante, la transition s'annonce très complexe, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Il sera particulièrement difficile de trouver un moyen de répondre aux nouvelles exigences administratives (les exigences en matière de forme et de formalités seront différentes pour le Système de préférences généralisées (SPG) précédemment appliqué et l'actuel EVFTA, pour les entreprises qui ne sont pas équipées de conseils juridiques et fiscaux - sans parler du fait que les exportateurs seront également soumis à des règles et conditions différentes en vertu d'autres accords commerciaux importants dans lesquels le Vietnam a pris des engagements, tels que l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP).

Par conséquent, l'avantage net sera peut-être pas  important pour les entreprises vietnamiennes sous SPG par rapport aux entreprises de l'UE qui ne bénéficiant pas encore d'un accès préférentiel au marché vietnamien.

En outre, les réductions d'impôts et la simplification des procédures administratives attireront sur le marché vietnamien de nouvelles entreprises de l'UE, offrant ainsi non seulement plus d'options aux consommateurs vietnamiens, mais également des investissements importants en capital.

Cela soutiendra les infrastructures locales et développera des emplois dans des domaines où le Vietnam accuse des retards: énergies durables, systèmes d'information, logistique, chaînes d'approvisionnement du froid, fabrication de haute technologie et recyclage, etc. C'est là que le capital de l'UE peut soutenir la capacité du pays à développer son industrie.

En principe, les intérêts mutuels sont au cœur de l'accord et nous devons nous attendre à une augmentation significative de la concurrence pour les entreprises locales avec des entreprises solides, matures et innovantes lorsque l'UE entrera sur le marché. Les entreprises nationales auront deux options: concurrence ou partenariat. Dans les deux cas, les résultats pour l'économie nationale seront positifs.

Plus que la taxe d’importation

Bien sûr, l'EVFTA stimulera rapidement les exportations vietnamiennes, mais l'accord va bien au-delà de la libéralisation tarifaire ; ce qui pourrait être le plus bénéfique pour le Vietnam à long terme réside dans les principes et les conditions auquel les deux parties sont engagées.

Cet accord commercial couvre les normes et les réglementations en matière de santé et de sécurité, d'investissement, de banque et de finance, de propriété intellectuelle, de travail, d'environnement, etc. Son champ d'action dépasse les frontières nationales et recherche une intégration profonde et durable entre les parties.

En fait, des exigences strictes inviteront les entreprises à réinventer leurs chaînes d'approvisionnement, à améliorer les normes, l'identité et la transparence. Une capacité de production plus spécialisée, une infrastructure logistique plus avancée, des processus plus rapides et plus intégrés, une agriculture plus durable, une meilleure protection de l'environnement - tels sont également les objectifs de cet ALE et personne ne peut nier les avantages de telles avancées pour le Vietnam.

La production de chaussures pour l'exportation à la compagnie Hà Tây, à Hanoï. Photo : VNA/CVN

En outre, l'accent est mis sur les règles d'origine, l'une des conditions fondamentales de l'élimination des tarifs, ce qui aura un impact profond sur le développement industriel du Vietnam.

Dans le secteur manufacturier actuel, le Vietnam brille par sa capacité à assembler des produits (chaussures, vêtements, électronique, etc.) avec des composants importés : textiles, piles, bois et composants électroniques…

Les règles d'origine invitent les entreprises à investir dans les couches les plus profondes de la chaîne d'approvisionnement. Davantage de matériaux et de composants produits au pays pour approvisionner les usines d'assemblage à grande échelle seront développés dans l'avenir, permettant au Vietnam d'être plus autonome et donc plus résilient.

La Thaïlande est allée au-delà du simple assemblage et a développé avec succès une base d'approvisionnement nationale, en particulier dans les secteurs de l'électronique et de l'automobile, ce qui la rend toujours compétitive même si le coût de la main-d'œuvre a augmenté. C'est dans cette direction que cet accord aidera le Vietnam à mettre en œuvre une chaîne de valeur nationale plus intégrée, plus approfondie et plus efficace, et en même temps à créer des emplois plus qualifiés pour les travailleurs vietnamiens.

L’EVFTA offre de nouvelles opportunités aux entreprises vietnamiennes de fournir des biens et des services à l'UE. Avec l'importance du marché européen pour le profil d'exportation du Vietnam, les nouveaux avantages apportés par cet accord augmenteront certainement la compétitivité des entreprises vietnamiennes en Europe. En plus de la concurrence, le Vietnam devrait y voir là une opportunité d'améliorer sa capacité industrielle, en s'orientant vers des chaînes d'approvisionnement plus efficaces, plus intégrées et durables.

Trung Khánh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Tourisme post-COVID-19 : Dà Nang lorgne le marché singapourien Une conférence en ligne présentant l'offre touristique de Dà Nang sur le marché de Singapour a été organisée lundi 19 octobre par le Service du tourisme de Dà Nang et le Bureau commercial du Vietnam à Singapour.