13/04/2019 09:12
Aux Championnats du monde juniors 2019, disputés en mars à Las Vegas, aux États-Unis, l’haltérophile Dô Tu Tùng, 15 ans, a créé la surprise en remportant trois médailles d’or en moins de 49 kg hommes, avec à la clé trois nouveaux records mondiaux.
>>Championnats du monde juniors d'haltérophilie: sept médailles d’or pour le Vietnam
>>Jeux olympiques de la jeunesse d'été: deux médailles pour le Vietnam en haltérophilie

L’haltérophilie tient une place importante dans la vie de Dô Tu Tùng.
Photo: CTV/CVN

Dô Tu Tùng a totalement répondu aux attentes du staff national, puisqu’il a établi trois records du monde junior récompensés chacun par une médaille d’or,  aux Championnats du monde juniors d’haltérophilie 2019 organisés en mars aux États-Unis.

Il a d’abord réussi un arraché à 95 kg à la deuxième tentative. Cette performance lui a permis de s’assurer la plus haute marche du podium, devant le Turc Erdogan Mustafa (82kg).

Sportif prometteur

Ensuite, à l’épaulé-jeté, Dô Tu Tùng a soulevé 125 kg, soit 24 kg de mieux que la charge du Roumain Florin Cosmin (médaille d’argent). Comme à l’arraché, il n’a pas eu besoin de faire une troisième tentative.

Grâce à ces deux performances, le Vietnamien s’est aussi octroyé une troisième médaille d’or, en soulevant la charge totale la plus importante: 220 kg.

L’année 2019 inaugure l’arrivée de la catégorie des moins de 49 kg dans le programme de compétitions des Championnats du monde juniors. Raison pour laquelle ses performances constituent aussi des records dans ce tournoi.

Dô Tu Tùng sur la plus haute marche du podium des Championnats du monde juniors d’haltérophilie 2019.
Photo: CTV/CVN

Du haut de ses 15 ans, Dô Tu Tùng est l’un des plus grands espoirs de l’haltérophilie vietnamienne pour les Jeux olympiques d’été de 2024 à Paris (France). Ces deux dernières années, il a fait parler de lui lors des tournois juniors nationaux et internationaux. En 2018, il est monté à trois reprises sur la plus haute marche du podium en moins de 50 kg aux Championnats asiatiques juniors d’haltérophilie disputés en avril en Ouzbékistan.

"Selon l’évaluation des experts et entraîneurs d’haltérophilie ainsi que du Département général des sports et de l’éducation physique du Vietnam, Dô Tu Tùng fait partie des jeunes sportifs les plus prometteurs de sa génération", souligne son coach Hô Truong Thang.

"Ce sportif possède une structure corporelle standard avec des fibres musculaires très adaptés à l’haltérophilie. Il peut ainsi soulever une charge presque trois fois supérieure à son propre poids", explique-t-il.

D’après lui, Dô Tu Tùng doit se concentrer sur le développement de sa force physique et sur sa volonté pour pouvoir briller aux tournois nationaux et internationaux.

Motivation du père

Dô Tu Tùng est né en 2004 à Bac Ninh (Nord) - berceau de l’haltérophilie vietnamienne - dans une famille paysanne pauvre. "Quand j’étais petit, j’aimais bien regarder les programmes de télévision sur l’haltérophilie. J’étais fasciné par l’épreuve de l’arraché des sportifs vietnamiens lors des tournois nationaux et internationaux. Parfois, je les imitais effectuant un arraché ou se frottant les mains avec de la magnésie avant de soulever les haltères. Je ne me souviens plus exactement quand  j’ai décidé de devenir sportif professionnel", confie-t-il.

Doué pour l’haltérophilie, Dô Tu Tùng a récolté plusieurs médailles et trophées lors des compétitions internationales juniors.
Photo: VNA/CVN

Dô Tu Tùng a convaincu ses parents de le laisser intégrer le Centre de la culture et des sports du district de Quê Vo à Bac Ninh. "L’autorisation de mon père a marqué un tournant dans ma vie", estime-t-il, avec un large sourire.

C’est à 10 ans que Dô Tu Tùng est repéré par les coachs de l’équipe d’haltérophilie de Bac Ninh. Il est donc séparé de ses parents et se retrouve au Centre d’entraînement et de compétitions sportives de cette province. Afin d’exploiter pleinement son potentiel, il est envoyé à Hanoï  pour s’entraîner avec l’équipe nationale junior.

Les premiers jours, le jeune adolescent avait l’air satisfait de son nouvel environnement. Mais, passée cette phase de découverte, la cadence d’entraînement et l’éloignement des parents ont été difficiles à vivre. Suite à une blessure au dos, Dô Tu Tùng a pensé à jeter l’éponge.

"Dans les moments difficiles, je pensais souvent à mes parents. Mon père parle très peu et n’exprime pas souvent ses émotions. Mais je sais qu’il m’a toujours soutenu pour que je puisse suivre ma carrière professionnelle. Il est la motivation qui me permet de surmonter la fatigue ou la nostalgie du foyer familial", partage Dô Tu Tùng.

Les méthodes et programmes créés par les experts et coachs de l’équipe nationale junior lui ont permis d’exprimer tout son potentiel. Il a donc évolué de façon remarquable avec trois médailles d’or aux Championnats du monde juniors 2019. S’il bénéficie d’un soutien efficace, Dô Tu Tùng devra atteindre le pic de sa carrière professionnelle aux JO 2024 de Paris.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Les maisons d'hôtes à Sa Pa attirent de plus en plus de visiteurs Afin de décharger le trop-plein de visiteurs du bourg de Sa Pa et d’améliorer les moyens de subsistance de la population locale, la province de Lào Cai (Nord) se concentre sur le développement de l’agritourisme.