09/08/2020 19:37
Comme lors de la première vague de COVID-19, le Vietnam a réagi rapidement et avec force devant une nouvelle vague de la pandémie, a souligné le professeur Michael Toole, épidémiologiste et chercheur principal à l’Institut de Burnet à Melbourne, lors d’un interview avec BBC News.
>>Médias allemands : Vietnam déterminé à se battre contre une seconde vague
>>Le Vietnam peut contrôler la pandémie de COVID-19, selon des médias étrangers

Les personnes revenant de Dà Nang sont testées du coronavirus à Hanoï.
Photo : BBC News/CVN

Concrètement, Dà Nang s’est isolée, a arrêté l’accueil des visiteurs et s’est retirée dans un verrouillage complet après avoir détecté le 416e cas, premier cas de contamination intracommunautaire, après 99 jours consécutifs sans transmission locale alors que les pays a mis en quarantaine et effectué des tests de dépistage pour toutes personnes entrant dans le pays, selon l’article publié le 8 août sur BBC News.

À Dà Nang, les habitants ont prêts à faire face à l’épidémie. Les plages et les rues sont à nouveau presque vides car les gens ne quittent la maison que pour acheter de la nourriture. Tous les restaurants ont été fermés, y compris pour les repas à emporter ou recevoir une livraison. Les vols sont bloqués. Chaque résident doit subir un test de dépistage du coronavirus et un hôpital de campagne a été construit. Toute ressource est consacrée à ralentir la propagation de l’épidémie.

Les libertés restent pour la plupart intactes dans d’autres parties du pays, bien que Hanoï ait fermé des bars et des salons de karaoké par mesure de précaution supplémentaire, et des villes, dont la capitale et Hô Chi Minh-Ville, ont rendu les masques faciaux, à nouveau, obligatoires dans les lieux publics.

Le professeur Rogier van Doorn, directeur de l'Unité de recherche clinique de l'Université d'Oxford, s’est dit impressionné devant la maîtrise de l’épidémie par le Vietnam.

Dà Nang en période de distinciation sociale.
Photo : BVH/CVN

Environ 80.000 visiteurs à Dà Nang - dont beaucoup pensaient que la maladie était maîtrisée - ont été rentrés chez eux par avion rapidement après l’apparition des nouveaux cas. Au total, 13 villes et provinces, dont Hanoï et Hô Chi Minh-Ville, ont détecté de nouveaux cas qui sont liés directement à l’épidémie de Dà Nang. Surtout, aucune transmission communautaire n’a été signalée, outre Dà Nang et sa province limitrophe.

"La réussite d’auparavant est en train d’être refait. Je suis de nouveau impressionné", ajoute-t-il.

Le docteur Justin Beardsley, maître de conférences en maladies infectieuses à l’Université de Sydney, a noté que le Vietnam avait montré un engagement communautaire exceptionnellement fort dans la bataille de lutte contre la propagation du virus. Selon lui, il y a une grande fierté nationale à propos du contrôle de la pandémie.

Docteur Huong Lê Thu, analyste principal à l’Institut de politique stratégique de l’Australie (Australian Strategic Policy Institute), a partagé avec BBC que les nouveaux décès rapportés montraient qu’il y avait de la transparence dans le signalement des cas de COVID-19 au Vietnam et que le précédent "aucun décès" est aucun doute. Jusqu’à présent, tous les décès étaient des patients plus âgés atteints de graves maladies, a-t-elle ajouté. 

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Thuân An, une paisible plage de Huê La ville de Huê est non seulement célèbre pour sa citadelle et ses tombeaux royaux, mais aussi pour ses longues plages sauvages. Rares sont ceux qui connaissent celle de Thuân An, dont l’atmosphère paisible ne laisse pourtant personne indifférent.