15/06/2021 15:35
La pression sur les services hospitaliers continue de baisser, avec un peu plus de 2.000 malades du COVID-19 en services de réanimation lundi 14 juin, selon les chiffres de Santé Publique France.
>>COVID-19 : 71 nouveaux cas recensés mardi matin 15 juin au Vietnam
>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde

Le nombre de patients COVID hospitalisés en France est au niveau le plus bas depuis le mi-octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

La France compte désormais 12.374 personnes hospitalisées en raison du COVID-19, un chiffre au plus bas depuis la mi-octobre.

La décrue du nombre de patients traités en soins critiques, pour les formes les plus graves, se poursuit aussi, avec 2.068 malades, un plus bas depuis la mi-octobre également, dont 71 nouvelles admissions.

Le nombre de contaminations s'élève à 689 cas confirmés en 24 heures contre 2.855 la veille. Ce chiffre est toujours plus bas le lundi, après le week-end, mais il était encore de 1.164 lundi 7 juin.

Le taux de positivité sur les sept derniers jours, soit le rapport entre le nombre de personnes testées positives et le nombre total de personnes testées, est en baisse à 1,5%.

La maladie a emporté 63 malades hospitalisés en 24 heures, portant à 110.483 le nombre total de décès depuis le début de l'épidémie il y a plus d'un an.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 30.472.434 personnes ont reçu au moins une injection et 14.364.587 personnes ont reçu deux injections. Cela représente respectivement 58% et 27,4%  de la population majeure.

16.126.305 personnes ont un schéma vaccinal complet (deux doses, ou une dose si vaccin à dose unique ou si vaccin pour une personne ayant eu le COVID-19), précise le ministère de la Santé.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.