Coronavirus : le textile et la chaussure filent un mauvais coton

Les industries du textile et de l’habillement, du cuir et de la chaussure ont subi de plein fouet l’impact du COVID-19, accusant de fortes baisses de ventes qui se répercutent directement sur l’emploi des ouvriers.

>>Textile-habillement : il est difficile d'atteindre l'objectif d'exportation annuel

>>Les produits textiles vietnamiens seront vendus via Amazon

Dans une usine de textile à Hung Yên (Nord).
Photo : VNA/CVN

Selon les données préliminaires, une entreprise de cuir et de chaussures d’environ 9.000 employés devra dépenser environ un million d'USD en mesures de prévention et lutte contre le COVID-19, sans compter une hausse des coûts des intrants de 5-10%.

Pour ne rien arranger, les entreprises disent qu’elles se trouvent également confrontées aux risques de sanctions contractuelles dont les pénalités de retard de livraison et d’incapacité de développement des commandes pour la saison prochaine.

Les incertitudes entourant l’hypothétique résolution de la crise sanitaire dans le monde ont déjà suspendu nombre de commandes d’acheteurs désormais frileux, alors que ondes de choc provoquées par le COVID-19 perturbent tous les maillons de la chaîne.

La secrétaire générale de l’Association du cuir, des chaussures et sacs à main du Vietnam (Lefaso), Phan Thi Thanh Xuân, a estimé que les perspectives pour cette année et peut-être jusqu’en 2022 ne sont pas très réjouissantes.

Au milieu de la morosité de la pandémie de COVID-19, la Lefaso a proposé un plan d’ouverture en trois phases qui devrait permettre à ses entreprises membres de garnir leurs carnets de commandes.

De même, le président de l’Association du textile et de l’habillement du Vietnam (Vitas), Vu Duc Giang, a indiqué que se maintenir à flot et garder les clients constituent désormais un défi énorme pour les entreprises si la situation épidémique reste complexe et évolutive.

Le Groupe du textile et de l’habillement du Vietnam (Vinatex) a souligné l’importance d’adapter les ressources humaines aux plans de production fluctuants tant que les sources de vaccins demeurent insuffisantes et le coronavirus se révèle imprévisible.

Le ministère de l’Industrie et du Commerce a promis de faire tout son possible pour soutenir les entreprises, améliorer leur compétitivité, élargir et diversifier les marchés d’exportation et tirer le meilleur parti des accords de libre-échange déjà effectifs.

Il accélérera l’élaboration et le déploiement de la Stratégie de développement des industries du textile et de l’habillement, du cuir et de la chaussure jusqu’en 2030 avec une orientation à l’horizon 2035, et la construction du Programme de développement durable des industries du textile et de l’habillement, du cuir et de la chaussure pour la période 2021-2030.


VNA/CVN