30/06/2022 20:21
Dans les soirées des 27 et 28 juin, les spectateurs ont pu profiter des moments exceptionnels lors des deux concerts donnés par Konoba dans l’ancienne capitale de Huê. Il a monté le volume de l’auditorium en plein air avec ses tubes populaires remplis d’entrain.
>>Le Festival de Huê, désormais un festival des quatre saisons
>>Festival de Huê 2022 : la procession qui met en valeur la beauté du tuông
>>Le concert électro-pop de Kid Francescoli à Huê

Le musicien belge Konoba lors de son concert tenu le 27 juin à Huê.

Dans le cadre des activités du Festival de Huê 2022, la Fédération générale Wallonie-Bruxelles au Vietnam tenait à faire découvrir l’un des fleurons de la Belgique francophone : la musique. Konoba a été choisi comme son représentant dans l’ancienne capitale vietnamienne pour cette manifestation internationale d’ampleur.

Lors des concerts, il a interprété une douzaine de chansons. En plus de montrer sa voix puissante mais aussi sa douceur, le musicien a fait preuve de virtuosité avec différents instruments que sont le piano et la guitare, en harmonie parfaite avec les sons électroniques.

Un artiste multitalent

Konoba, alias Raphaël Esterhazy, est un artiste, auteur, compositeur, multi-instrumentiste, interprète et producteur belge. Il a passé cinq années à Londres et Brighton à étudier la musique et à travailler sur ses propres compositions avant de retourner en Belgique. Sa musique est riche de rythmes percutants et d’harmonies puissantes.

Suite à la sortie de son premier album intitulé Smoke & Mirrors (Fumée et Miroirs) et au franc succès du titre On our knees (Sur nos genoux) qui dépasse aujourd’hui plus de 50 millions de vues, composé à quatre mains avec le producteur artistique R.O (Olivier Rugi), les deux amis décident de se lancer dans un tour du monde pour pousser la collaboration plus loin. Ils sont revenus dix mois plus tard avec un nouvel album, intitulé 10, qui est disponible sur Internet.

“Ça marche mieux quand on compose avec le cœur”
Konoba souhaite faire découvrir sa musique au public vietnamien lors du Festival de Huê 2022.

Fraîchement arrivé à Huê et entre deux préparations de concerts prévus dans la ville, Konoba a accordé une petite interview au Courrier du Vietnam.

Pourquoi avez-vous décidé de vous produire au Vietnam, à l’occasion du Festival de Huê ?

C’est une proposition qu’on m’a faite et qui m’a fortement intéressée parce que je n’avais jamais visité le Vietnam. J’aime toujours vivre de nouvelles expériences et rencontrer de nouveaux publics. Pour moi c’était une évidence de venir ici quand on me l’a proposé.

Qu’attendez-vous de vos deux concerts ?

C’est en fait une très bonne chance pour moi de passer un bon moment, de découvrir la culture vietnamienne, de montrer ma musique au public local, de développer plus de publics au Vietnam et de voir comment ils réagissent.

D’où vient l’idée de la composition de votre hit On our knees qui a récolté plus de 50 millions de vues sur YouTube ? Quel est le message que vous voulez faire passer ?

En fait, je ne décide jamais à l’avance de ce que je veux faire comme chanson. Ça vient toujours naturellement, donc, je m’installe dans les conditions qui me plaisent pour composer. Souvent, je vais tout seul à la campagne, avec un piano, mon ordinateur et je commence à écrire et à composer.

Les paroles viennent aussi dans ma tête naturellement. Puis, je commence à composer et je réfléchis comment on arrange tout ça pour que ce soit plus joli, pour que le rythme soit bon. Je change les paroles pour qu’elles soient meilleures. Il n’y a pas de décision à l’avance.

Pour moi, il y a plusieurs messages cachés dedans et je n’explique pas au public ce que je pense. Parce que j’aime bien que chaque personne fasse sa propre interprétation. J’ai remarqué que quand on parle à des personnes différentes, elles ont compris des messages différents. Et chaque personne trouve le message qui lui parle. Personnellement, je trouve que c’est plus intéressant que l’expliquer.

Je peux seulement dire que ma chanson parle beaucoup de la souffrance de chacun. Chaque personne a des difficultés dans la vie, des souffrances, des moments difficiles, des choses que l’on voudrait changer. Et ça parle de besoins de changement et de besoins de soigner des blessures.

Pourriez-vous nous parler des éléments qui influencent le plus votre musique ?

C’est toujours les émotions que je ressens dans l’instant. Et parfois, les émotions vont être plus joueuses parce qu’elles parlent de quelque chose d’heureux dans la vie que je voudrais partager, notamment dans l’amour et les relations familiales.

En outre, j’écris également sur des problèmes qui préoccupent fortement les gens, comme le problème climatique ou encore ceux qui me touchent émotionnellement. Parce que ça marche toujours mieux lorsqu’on compose quelque chose avec le cœur.

Quels sont vos projets futurs ?

Je viens de sortir un album il y a trois mois. Pour l’instant, je vais faire plus de concerts dans différents pays ainsi qu’en Belgique. Une fois que j’aurai fini la tournée, je vais continuer à créer de nouvelles chansons, j’aimerais voyager dans de nouveaux pays aussi. Je ferais plus de collaborations avec d’autres artistes, peut-être ceux d’autres pays. On verra.

Texte et photos : Thuy Hà - Mai Quynh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Environ 260 stands attendus au Salon touristique international 2022 Environ 260 stands, dont 50 de l’étranger, seront installés au Salon touristique international de Hô Chi Minh-Ville 2022 (ITE-HCMC 2022), a annoncé le comité d’organisation lors d’une conférence de presse donnée mardi 16 août dans la mégapole du Sud.