27/01/2022 10:37
La vie reprenait un cours normal à Istanbul mercredi 26 janvier après une tempête de neige exceptionnelle sur la Méditerranée orientale, qui continue de paralyser Athènes, amenant le Premier ministre grec à présenter des excuses.
>>Chutes de neige : situation chaotique à l'aéroport d'Istanbul et sur les routes d'Athènes
>>Chutes de neige : le trafic aérien suspendu à Istanbul, des automobilistes bloqués à Athènes

La grande mosquée Mecidiye à Istanbul sous la neige le 24 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'aéroport international d'Istanbul, le plus actif d'Europe en 2021 avec plus d'un millier de vols quotidiens, paralysé depuis lundi 24 janvier, a annoncé la réouverture de deux de ses trois pistes assurant que la troisième devrait l'être dans l'après-midi.

Selon le communiqué, "681 mouvements sont prévus aujourd'hui" et le service de navette entre l'aéroport et le centre d'Istanbul a pu reprendre normalement.

En Grèce c'est surtout la circulation, en particulier sur le périphérique autour d'Athènes fermé pour le 3e jour consécutif et la distribution d'électricité qui restent perturbées par les abondantes chutes de neige.

Mercredi 26 janvier, militaires, policiers et services de l'État s'efforçaient toujours de libérer des centaines de véhicules immobilisés, abandonnés par leurs conducteurs dans la nuit de lundi 24 à mardi 25 janvier.

Le chaos a conduit le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis à présenter des "excuses personnelles et sincères" promettant que des "leçons seront tirées" de cet épisode.

Les syndicats de l'agglomération d'Athènes pointent le manque de moyens adaptés.

Dans la tourmente, Vassilis Halkias, le PDG de la société privée gérant le périphérique Attiki Odos a démissionné mardi soir 25 janvier et la société, qui a présenté ses excuses, a promis 2.000 euros de dommages et intérêts aux automobilistes bloqués sur l'autoroute à péage.

Mais la situation est encore plus dégradée sur les routes secondaires et pour le rétablissement des lignes électriques, les habitants dénonçant la négligence des autorités.

"Le personnel inspecte les installations à pied mais les engins n'arrivent pas à y accéder", a expliqué George Adamidis, responsable syndical à la compagnie publique d'électricité.

"On n'a pas dormi de la nuit, on a l'impression que nos (doigts et orteils) sont sur le point de tomber", a déclaré à Star TV une habitante d'Alimos, dans la banlieue sud d'Athènes privée d'électricité.

À Istanbul aussi, la gestion de la crise sur le grand aéroport ultra-moderne inauguré en 2019 en remplacement de l'aéroport Atatürk, devenu trop exigu, fait l'objet de critiques acerbes.

Des centaines de passagers se sont retrouvés bloqués dans l'aérogare : incapables de voler ou de se rendre en ville, ils ont été contraints de dormir à même le sol glacé, se plaignant de l'absence d'information et de soutien logistique de la part des autorités aéroportuaires et de Turkish Airlines, a constaté un photographe de l'AFP.

La construction d'"Istanbul Havalimani", situé sur la rive européenne à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville, avait suscité de nombreuses polémiques, notamment sur les atteintes portées à l’environnement et sur sa localisation, près de la Mer noire, exposé aux intempéries et aux brouillards fréquents.

Autre souci, mercredi 26 janvier, certains passagers s'inquiétaient sur Twitter de la péremption de leurs tests COVID pratiqués pour un départ initialement prévu lundi 24 ou mardi 25 janvier.

Moins exposé, le second aéroport d'Istanbul, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, est en revanche resté ouvert pendant la tempête.

En 2021, Istanbul Havalimani a accueilli 37 millions de passagers, selon le ministère turc des Transports, ce qui en avait fait le premier aéroport d'Europe, connecté notamment à l'Asie centrale, au Moyen-Orient et à l'Afrique.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

SEA Games 31 : les visiteurs étrangers impressionnés À l’occasion des 31es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31), le Vietnam a accueilli un grand nombre de sportifs, d’entraîneurs, d’officiels et d’amoureux du sport, venus de tous les pays de la région.