07/10/2021 15:45
Can Tho, le 2 septembre 2021 Madame ! C'est peut-être la première lettre depuis près de 8 ans que je vous écris… Vous savez, je pensais que j’aurai encore plusieurs de chances pour vous revoir. Le fil du temps est toujours très cruel. Et aujourd'hui, je sais que je suis assez mature pour le faire...

Savez-vous que les premiers jours où je suis entrée au lycée à option Ly Tu Trong, j’étais vraiment nerveuse et étouffée à cause des pressions invisibles que je me suis créées. Mais lorsque j'ai pris mes premiers cours avec vous, j’ai trouvé davantage de motivation. Je me souviens encore de votre première prise de parole : "l’école n’est pas un lieu pour vous mettre la pression, cette maison commune, où nous nous retrouvons, nous permet d’accéder à tout moment pour créer, partager et accomplir notre enfance".
 

Votre slogan :  "Prendre soin de soi".


À cette époque, la grammaire était mon cauchemar. Pourtant, j’étais toujours dans l'attente de votre classe, tout simplement pour vous écouter raconter vos histoires, nous sermonner ou nous donner des conseils sur la psychologie de l'adolescence.

Presque à toutes vos classes, vous réserviez les premières 15 minutes à nous raconter des histoires ou à prendre notre pouls, afin de nous donner des conseils psychologiques. Passionnée et investie, il n’était pas rare de dépasser l’heure de fin de classe.

Il est clair que vous étiez souvent amusante et jolie, mais parfois vous étiez aussi très stricte. Je me souviens d'une fois où deux élèves qui avaient une mauvaise attitude et n'étaient pas sérieux en classe, vous leur avez demandé de sortir de la classe et de rédiger un contrat d’engagement envers la classe en disant : "Je préfère être sévère pour que vous soyez sérieux avec vous-même et les autres". Cette déclaration m'a également enseigné beaucoup de choses sur le chemin ultérieur.

Et pour moi, personnellement, je garde aussi beaucoup de souvenirs particuliers avec vous.

Peut-être que dans ma mémoire, je n'oublierai jamais les souvenirs des jours où nous nous préparions ensemble pour les concours. La première visite à Hô Chi Minh-Ville pour les Jeux olympiques du 30 avril, la veille de la compétition, nous étions si nerveux et inquiets que nous ne pouvions pas dormir. Cependant, vous nous avez encouragés en nous disant de faire de notre mieux et vous aviez demandé à tout le monde d'aller dormir, de ne pas rester éveillé tard pour réviser. Nous ne savions pas alors, que vous n’aviez pas fermé l'œil de la nuit ce soir-là.

Ce qui m’a le plus marqué, c'est probablement le concours national des excellents élèves en français en classe de terminal, l'année où nous avons tous fourni de nombreux efforts. Lorsque le groupe n'a pas obtenu le prix espéré et a pleuré comme la pluie, vous nous avez toujours souri et réconforté : "Chaque concours est une marche, une chance pour vous mettre au défi. Ne soyez pas triste, vous avez fait beaucoup d'efforts". En ce sens, sans que vous le sachiez, par les valeurs que vous portez, c’est souvent vous qui m’enseignez quelque chose et c’est moi, aujourd’hui, qui vous remercie d’avoir été avec nous.

Le dernier jour du lycée, nous étions tous surexcités et confiants en l’avenir. Nous avons partagé avec vous nos sourires, notre joie et la promesse de retourner au lycée chaque année afin de vous rendre visite. Nous avions hâte de vous revoir en tant qu'étudiants en pensant que nous aurions encore plusieurs occasions de vous revoir, de vous raconter notre parcours.

Ce n'est qu'un au revoir…

Nous nous sommes arrangés pour vous rendre visite le plus tôt possible dès le début de votre maladie. Rien ne pouvait être pire que d'entendre cette mauvaise nouvelle. Toutefois, vous étiez très optimiste et joyeuse, encore une fois, c'était vous encore qui nous avez réconforté, que tout irait bien. Nous avons pris une photo de famille et vous rappelez-vous ce que nous avions alors promis ? Que nous irions nous promener ensemble dans l’avenir. Nous savions à quel point ces médicaments vous étaient douloureux. Cependant, vous aviez gardé votre sourire, et vous nous aviez également raconté vos souvenirs heureux lors du traitement de la maladie. En vous écoutant ce jour-là, mes larmes coulèrent sans que je m’en rende compte, madame...
 

La dernière photo que vous avez prise avec nous.


Enfin, je voulais vous dire que je me souviendrai toujours de votre visage. Dans quelques années, peut-être quand je traverserai les couloirs ou classes familières, je ne me souviendrai plus où vous m'aviez donné cours, je ne saurai même plus parfois quelle matière vous aviez enseigné, au secondaire ou au lycée. Mais une chose est sûre, c’est que je me souviendrai de l’essentiel, de votre visage et de votre voix… Parce que vous êtes entrée dans ma vie… Et il y a un endroit dans mon cerveau, pour ne pas dire dans mon cœur, où je collectionne les visages qui me permettent d’être heureuse en faisant les choses que j’aime. Avoir été votre élève fut l’une d’entre elles.

Vous êtes et resterez toujours la personne la plus résiliente dans mon cœur. Sur ce, je peux maintenant vous sincèrement vous dire une dernière fois : "Merci, madame !".
 

Les plus belles choses de la vie sont souvent les plus simples. Au revoir, madame…


Votre élève : Nguyên Minh Thu/CVN
 

Est-ce votre article préféré ?
Oui
Non



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Khanh Hoà accueillera plus de 9.000 touristes étrangers d'ici la fin 2021 D’ici la fin 2021, 9.350 touristes étrangers arriveront dans la province de Khanh Hoa (Centre) à bord des vols en provenance de la République de Corée, de la Russie, des Philippines, du Japon et du Cambodge...