31/12/2018 10:20
H’Hen Niê, jeune femme de l’ethnie minoritaire Êdê, a terminé dans le Top 5 du concours international annuel de beauté Miss Univers 2018. Son histoire a touché et conquis le cœur des fans à travers le monde.
>>Miss Univers 2018: le Vietnam dans le top 5 de la finale
>>Le Vietnam dans le Top 10 mondial de beauté
>>Miss Univers Vietnam 2017 : une beauté d’ethnie Êdê remporte la couronne
>>Une jeune fille de l’ethnie Êde sacrée Miss Univers Vietnam 2017

La Vietnamienne H’Hen Niê revêt sa robe de soirée lors de la demi-finale de Miss Univers 2018, le 13 décembre en Thaïlande. 
Photo: TT/CVN

Pour la première fois, Miss Vietnam a figuré dans le Top 5 du concours Miss Univers. "C’est une immense surprise et je suis toujours sous le choc", confie H’Hen Niê après avoir marqué l’histoire en devenant la première Vietnamienne à figurer dans le Top 5 de Miss Univers 2018, un des quatre concours de beauté les plus prestigieux au monde - les trois autres étant Miss Monde, Miss Terre et Miss International.

Le 17 décembre dernier, H’Hen Niê et les 93 autres candidates ont débuté la finale de Miss Univers 2018 en Thaïlande, où elle s’est classée dans le Top 5 aux côtés des Miss Porto Rico, Venezuela, Afrique du Sud et Philippines.

"Mes émotions ont vraiment joué aux montagnes russes. Une première fois quand j’ai rejoint le Top 20, j’ai explosé de bonheur. Ensuite, quand j’ai été qualifiée pour le Top 10, je n’en revenais absolument pas. Alors, je ne vous raconte pas quand j’ai atteint le Top 5, c’était absolument incroyable!", s’exclame-t-elle. "J’étais en état de choc. Je me suis demandé: +Ont-ils vraiment appelé mon nom?+".

C’est ainsi qu’au moment où ils ont appelé son nom, "j’ai eu l’impression que mon cœur allait sauter de ma poitrine", raconte-t-elle.

Outre ses excellentes perfor-mances lors du concours, la représentante du Vietnam a également fait parler d’elle sur les réseaux sociaux, notamment en raison de son parcours atypique et de son histoire peu commune.

Pour la première fois, Miss Vietnam a figuré dans le Top 5 du concours Miss Univers.
Photo: AFP/VNA/CVN

Belle et rebelle

Mothership.sg, un site web populaire à Singapour, a fait l’éloge de H’Hen Niê dans un assez long article intitulé "Miss Vietnam pourrait bien être la meilleure histoire du concours de Miss Univers cette année".

L’histoire de H’Hen Niê est celle d’une naïade âgée de 26 ans, passant du sol rouge basaltique sur les hauts plateaux du Centre à l’arène de beauté internationale.

Née à Dak Lak dans une famille Êdê, une ethnie qui ne représente que 5% de la population du pays, son enfance est rythmée par les travaux champêtres après ses journées d’école.

Dans sa communauté, il est de coutume que les filles se marient à 14 ans. Ainsi, lorsque leur enfant atteint l’âge fatidique, ses parents la poussent à trouver un mari. La tête remplie de rêves, H’Hen Niê rompt la tradition. "À 14 ans, mes parents ont voulu me marier. Je leur ai dit que je devrais d’abord poursuivre mes rêves, j’ai alors refusé…", a-t-elle raconté dans sa vidéo d’introduction à Miss Univers. "Je refusais de mener une vie où je devais me marier tôt, comme beaucoup d’autres petites de mon village", a-t-elle ajouté.

Le retour triomphal de H’Hen Niê dans son village natal à Dak Lak (hauts plateaux du Centre).
Photo: DL/CVN

Alors, à défaut de porter la bague, l’adolescente décide de mettre les voiles et de se rendre à Hô Chi Minh-Ville pour y gagner sa vie. Elle y travaille comme femme de ménage, tutrice, distributrice de tracts publicitaires et modèle afin de pouvoir payer son logement et ses études.

En 2014, la chance de H’Hen Niê commence enfin à tourner quand elle se lance dans le mannequinat. Un an plus tard, le modèle en herbe obtient une place dans l’émission de télé réalité Vietnam’s Next Top Model et termine dans le Top 9, la propulsant ainsi sur le devant de la scène. Son expérience dans la série lui permet d’acquérir une confiance en soi accrue et suscite en elle une ambition grandissante pour devenir reine de beauté.

Le 6 janvier 2018, la jeune fille de l’ethnie Êdê est sacrée Miss Univers Vietnam 2017 à Nha Trang, dans la province de Khánh Hoà (Centre).

Au cours de son passage au concours Miss Univers 2018 en Thaïlande, la représentante vietnamienne a laissé de très belles impressions au public.

Jambes longues et cœur sur la main

H’Hen Niê, Miss Univers Vietnam 2017 et finaliste du Top 5 de Miss Univers 2018, a été nommée ambassadrice de Room to Read, une organisation mondiale à but non lucratif axée sur l’alphabétisation et l’éducation des filles.

H'Hen Niê s'est engagée à atteindre un objectif de collecte de fonds personnel de 22.000 dollars pour financer la création d'une bibliothèque Room to Read remplie de matériel de lecture de qualité dans la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).

Le cadre du programme d’éducation des jeunes filles de Room to Read comprend également le parrainage de 50 filles d'Asie et d'Afrique afin de leur permettre de terminer leurs études.

Les donations à cette cause peuvent se faire sur https://give.roomtoread.org/hhen.
 
H’Hen Niê n’a appris la langue vietnamienne qu’à l’âge de 8 ans car sa langue maternelle est celle Êdê. L’anglais n’étant pas sa langue de prédilection, la reine de beauté vietnamienne a fait l’objet de moqueries parmi d’autres candidates de Miss Univers 2018. Notamment Miss États-Unis, Sarah Rose Summers, qui a fait des remarques désobligeantes à propos de sa maîtrise de l’anglais dans une vidéo en direct.

Bien que les deux belles semblent être restées en bons termes depuis l’incident, H’Hen Niê confie que sa participation au concours lui a offert une leçon précieuse sur la tolérance. "Je pense que cette leçon m’accompagnera toute la vie". Et d’ajouter: "Pouvoir témoigner du talent et des connaissances des candidates internationales du concours, cela m’a motivée encore davantage à ne jamais abandonner et à continuer d’explorer le monde. Cela m’a également appris l’optimisme".

L’anglais limité de la candidate vietnamienne lui a également causé quelques ennuis lors de l’étape finale des interviews aux côtés des quatre autres meilleures candidates. H’Hen Nie a été invitée à donner son avis sur le mouvement mondial #MeToo contre le harcèlement et les agressions sexuelles.

Son interprète n’a en effet pas réussi à exprimer pleinement en anglais la réponse vietnamienne de la jeune femme. Malgré cela, la belle reste positive: "Je pense que c’est tout à fait compréhensible, l’interprétariat en direct est une tâche difficile, d’autant plus qu’on est soumis à la pression d’une grande finale d’un concours de renommée mondiale".

Le costume national de H’Hen Niê, représentant le "bánh mì", figure parmi les quatre ensembles les plus remarqués de la compétition.
Photo: AFP/VNA/CVN

Quand on lui demande de s’exprimer sur ses projets après le concours, H’Hen Niê partage qu’elle cherche à consacrer son temps à l’amélioration de ses compétences en langues étrangères ainsi qu’à la recherche d’un diplôme pouvant être utile dans le domaine de l’humanitaire. "Si je pouvais étudier à l’étranger, ce serait l’idéal… J’ai tellement reçu de la société. Il est temps que je donne en retour".

Elle souligne que son objectif principal est de promouvoir l’image d’une beauté vietnamienne: passionée, pleine d’énergie et n’ayant pas peur de faire face aux défis. "La couronne de Miss Univers Vietnam 2017 a transformé ma vie. C’est donc à mon tour d’aider à transformer la vie d’autres". 

La jeune femme espère pouvoir travailler dans le secteur de l’exportation du café afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de sa famille et de sa province natale de Dak Lak.

Elle souhaite aussi devenir une des figures de proue de la défense des droits des LGBT et de la sensibilisation au VIH/sida au Vietnam.

Après avoir remporté le concours national de 2017, la reine de beauté a reversé l’intégralité de sa récompense aux enfants de son village natal et à la construction d’une bibliothèque. La couronne de Miss Univers Vietnam n’est pas seulement le fruit de plusieurs années d’efforts et de persévérance, mais a également su changer la définition d’une reine de beauté au Vietnam.
 
Thúy Hà/CVN


   

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Les maisons d'hôtes à Sa Pa attirent de plus en plus de visiteurs Afin de décharger le trop-plein de visiteurs du bourg de Sa Pa et d’améliorer les moyens de subsistance de la population locale, la province de Lào Cai (Nord) se concentre sur le développement de l’agritourisme.