15/08/2020 00:27
Face à la surcharge des systèmes de collecte des eaux usées, la ville de Dà Nang, au Centre, a investi des milliers de milliards de dông dans des projets de traitement et de contrôle des rejets aqueux.
>>Dà Nang accueillera des réunions sur l’environnement de l’ASEAN
>>Dà Nang : vers un environnement vert, propre et beau pour l’APEC-2017

Le système de collecte des eaux usées de la ville de Dà Nang est surchargé.

Devant les plages de Dà Nang, une série d'hôtels, de grands bâtiments d'hébergement et de restaurants poussent comme les champignons après la pluie. Cela montre le développement touristique impressionnant de cette ville côtière du Centre.

La zone orientale de Dà Nang a une superficie de seulement 1.130 ha, mais la construction y est très dense. Par exemple, l’arrondissement de Son Trà compte environ 300 établissements d'hébergement avec plus de 13.200 chambres et 120 grands restaurants.

Violation des règles environnementales

La zone côtière de l’arrondissement de Ngu Hành Son possède 140 installations avec 5.400 chambres et 130 grands restaurants. Avec cette très grande densité d’hôtels et de restaurants, les infrastructures urbaines supportent une forte pression, en particulier le système de traitement et de contrôle des eaux usées.

Certains hôtels et établissements d’hébergement n’ont pas respecté les règles environnementales. De nombreux cas de rejet illégal d’eaux usées ont été découverts et sanctionnés par les autorités de la ville.

En 2019, le Service municipal des ressources naturelles et de l'environnement a sanctionné 9 hôtels (Balcona Da Nang, TMS Luxury, Risemount Premier Da Nang, Parosand Da Nang, Paris Deli, Lê Hoàng, Hùng Anh, Parze Ocean et Gemma) pour ce des violations des normes environnementales, avec 630 millions de dôngs d’amendes au total.

En outre, Dà Nang a également pénalisé la société par actions Kim Long Nam, avec une amende de 160 millions de dôngs, à cause du rejet illégal d’eaux usées dans la mise en œuvre des bâtiments CT1 et CT2 du projet de construction de Da Nang Times Square, dans l’arrondissement de Son Trà.

En particulier, un rapport récent de l'inspection environnementale dans la zone orientale de Dà Nang a donné un chiffre très alarmant. De nombreuses violations concernées le rejet des eaux usées des hôtels et restaurants  ont été détectées, notamment des installations non connectées au système de drainage urbain.

La qualité des effluents des 32% établissements d’hébergement ne répond pas aux normes environnementales. De plus, certaines installations n'installent pas de débitmètres des eaux usées ou elles ne présentent pas les designs complétés des projets respectant les règles environnementales, etc.

Efforts de surveillance

Mise en état d’une canalisation d'égouts à la plage de Dà Nang (Centre).

Dans la zone orientale de Dà Nang, il y a six endroits où les eaux usées sont déversées dans la mer parce que les systèmes d’égouts et de stations de pompage sont surchargées et de nombreuses zones résidentielles ne possèdent pas encore de système de collecte des eaux usées.

Selon Hà Van Thành, directeur de la Société publique de drainage et de traitement des eaux usées de Dà Nang, la capacité du système de collecte d’eaux usées de la ville est limitée. Pour surveiller les rejets dans la mer, il est nécessaire d'installer des débitmètres. Actuellement, la société déploie l'installation à titre expérimental de dix d’entre eux dans les zones côtières de la ville.

D’après Tô Van Hùng, directeur du Service municipal des ressources naturelles et de l'environnement, "pour mieux contrôler les rejets d’eaux usées, la ville a pris de nombreuses solutions. En particulier, mon service est chargé de poursuivre l’inspection et le traitement des infractions administratives des projets, des établissements d’hébergement".

Outre le resserrement de la gestion, Dà Nang a investi des milliers de milliards de dôngs pour construire des systèmes de collecte et moderniser ses stations de traitement des eaux usées. Dans l’arrondissement de Son Trà, Dà Nang met en œuvre le projet d'amélioration de la qualité des eaux. La ville construit des égouts de grande taille et modernise la stations de traitement des eaux usées de Son Trà pour porter sa capacité à 40.000 m3/jour. D’un coût de 1.447 milliards de dôngs, les travaux devraient être achevés en septembre 2021.

En outre, Dà Nang a également investi dans la construction d'un système de collecte des eaux usées dans l’estuaire de My Khê - My An avec une enveloppe d'environ 700 milliards de dôngs ; et deux canalisations pour conduire les eaux usées et de pluie à la rivière Hàn, d’un coût de 1.070 milliards de dôngs.

Cette ville côtière du Centre a édifié un réseau d'égouts pour acheminer les eaux usées et de pluie vers la station de traitement de Phu Lôc, d’un montant d’investissement de 445 milliards de dôngs.

Enfin, pour assurer la cohérence dans la mise en œuvre des systèmes de collecte des eaux usées dans les zones côtières, Dà Nang a investi dans la modernisation et la rénovation des stations de traitement des eaux usées de Hoà Xuân, Son Trà, Ngu Hành Son, Phu Lôc, Liên Chiêu.

"Une fois que ces projets seront terminés, la ville aura remédié à ses lacunes actuelles dans la collecte et le traitement des eaux usées", assure Tô Van Hùng.

Texte et photos : Nguyên Tùng - Son Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le homestay à Bac Hà, un potentiel à révéler

Tourisme : le Vietnam dans les starting-blocks pour la reprise La résurgence de l’épidémie de COVID-19 étant sous contrôle, la plupart des sites touristiques ont rouvert, de nombreuses liaisons aériennes ont été rétablies, et les voyagistes ont lancé des programmes promotionnels. Le marché du tourisme reprend progressivement des couleurs.