31/07/2020 17:05
Activité quasi nulle aux mois d'avril et mai, et redémarrage poussif ensuite : le groupe Air France-KLM accuse une perte de 2,6 milliards d'euros au deuxième trimestre et envisage l'été avec prudence face aux incertitudes liées à l'évolution du COVID-19.
>>Clap de fin pour le Boeing 747, qui a démocratisé le voyage aérien
>>Air France : l'offre sur les vols en France va fondre de 40% d'ici à 2021
>>Le transport aérien en piste avec un arsenal anticoronavirus pour redécoller

Au centre Airbus à Colomiers en Haute-Garonnence, lors de la livraison du premier Airbus A350 d'Air France-KLM, le 27 septembre 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN


En juin, l'activité a été de 8% par rapport à l'année dernière et les compagnies du groupe "augmentent prudemment leur capacité pour les mois d'été", a indiqué le groupe dans un communiqué.

"La visibilité sur la courbe de reprise de la demande est limitée car le comportement de réservation des clients est beaucoup plus orienté vers le court terme qu'avant la crise du COVID-19, en particulier sur le réseau long-courrier" soumis aux politiques gouvernementales d'ouvertures de frontières.

Les vols domestiques ont pu reprendre ainsi qu'en Europe entre la plupart des pays mais la situation est plus complexe pour les vols long-courrier alors que la pandémie de coronavirus a franchi jeudi 30 juillet un nouveau cap avec plus de 17 millions de contaminations, dont plus de la moitié dans trois pays (États-Unis, Brésil, Inde).

Les voyageurs préfèrent attendre la dernière minute pour faire leur réservation et le "rétablissement de la classe affaires s'engage de manière plus lente que le tourisme", a expliqué le directeur financier du groupe Frédéric Gagey, au cours d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Pour le mois de septembre par exemple, le groupe avait, l'an dernier à la même période, déjà vendu 52% des sièges moyen-courrier contre seulement 18% cette année, a-t-il précisé.

Au troisième trimestre, le groupe va proposer une offre de seulement 45% par rapport à la même période l'année dernière et de 65% au quatrième trimestre.

"Mais ces capacités seront revues à tout moment en fonction de l'évolution de la crise", a prévenu M. Gagey.

Le scénario de base du groupe prévoit d'exploiter en 2021 une offre réduite d'au moins 20% par rapport à 2019.

Les professionnels du secteur, assommé par le COVID-19 qui a cloué au sol la quasi-totalité de la flotte mondiale pendant le pic de la crise, misent sur un retour de l'activité au niveau d'avant-crise en 2024.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Thuân An, une paisible plage de Huê La ville de Huê est non seulement célèbre pour sa citadelle et ses tombeaux royaux, mais aussi pour ses longues plages sauvages. Rares sont ceux qui connaissent celle de Thuân An, dont l’atmosphère paisible ne laisse pourtant personne indifférent.