Accélérer le décaissement des fonds publics, un impératif pour la croissance

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a haussé le ton contre le manquement aux obligations professionnelles dans le décaissement des investissements publics qui a pris beaucoup de retard.

>>Le gouvernement souligne les solutions de lutte et de relance

>>Hô Chi Minh-Ville exhortée à accélérer le décaissement des capitaux publics

>>Les mesures de développement pour le second semestre de 2020

Lors d’une récente réunion virtuelle entre la permanence du gouvernement et les localités, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a demandé de sanctionner les personnes chargées du décaissement des investissements publics qui, par manquement à leurs obligations professionnelles, n’ont pas exécuté ou exécuté de manière imparfaite la mission qui leur avait été confiée.

Trois problèmes en suspens ont été identifiés et nécessitent d’être réglés rapidement : le non-décaissement d’investissements publics, le non-paiement dans les délais fixés de projets accomplis et l’inachèvement de procédures lancées, a-t-il martelé.

L’investissement public, seule solution pour redresser la croissance ?
Photo : VNA/CVN

Depuis janvier, le taux de décaissement des investissements publics a atteint plus de 20%, soit une augmentation de 8% sur un an. Nombre de provinces ont mené à bien cette tâche comme Bac Ninh, Hà Nam, Hung Yên, Lào Cai, Ninh Binh, Phú Tho, Thái Binh (Nord), Nghê An (Centre) et Tiên Giang (Sud). De nombreuses autres localités peuvent encore faire d’importants progrès en la matière, telles que Hoà Binh, Thái Nguyên (Nord), Quang Tri, Khánh Hoà, Ninh Thuân (Centre), Cân Tho, Dông Nai et Trà Vinh (Sud), où ce taux reste inférieur à 20%.

Les raisons de ces lenteurs sont à rechercher dans l’organisation du décaissement des investissements publics, la responsabilité des personnes en charge, les procédures d’indemnisation des expropriations pour cause d’utilité publique et l’engagement des entrepreneurs. Le chef du gouvernement a notamment souligné le rôle essentiel que joue l’investissement public dans le combat contre les impacts de la pandémie de COVID-19 au Vietnam.

Une étude de l’Office général des statistiques estime en effet que 1% des fonds publics décaissés contribue pour 0,06% à la croissance vietnamienne. Nguyên Xuân Phuc a ainsi fait signifier qu’il incombait au gouvernement et à toutes les localités de se concentrer sur le décaissement des investissements publics qui s’élèvent à plus de 633.000 milliards de dôngs (près de 28 milliards d’USD). Il a exhorté les secteurs et branches à prendre réellement conscience des enjeux et à afficher une forte volonté politique dans le contexte où le pays subit de plein fouet les conséquences de la crise du nouveau coronavirus.

Une solution pour redresser la croissance

En fait, la relance par l’investissement public est une solution nécessaire pour doper la croissance et pour lutter contre les perspectives de stagnation économique. Avec 1,81%, le Vietnam est l’un des rares pays du monde à avoir connu une croissance pendant le premier semestre de 2020. N’ayant toutefois pas l’intention de se contenter de ce résultat, le gouvernement veut relancer à toute vitesse l’économie nationale grâce aux fonds publics.

En outre, si le Vietnam parvient à éradiquer l’épidémie et à stimuler sa croissance d’ici la fin de l’année, il pourra réaliser un excédent commercial et attirer davantage d’investisseurs étrangers.

Le gouvernement vietnamien s’accorde sur la nécessité d’investir massivement
dans les infrastructures publiques.
Photo : VNA/CVN

Le vice-ministre des Finances, Trân Xuân Hà, a souligné qu’il serait particulièrement difficile d’accomplir les missions liées aux aides publiques au développement (APD) et aux prêts à taux préférentiels pour 2020 si les organes compétents et les propriétaires des projets n’adoptaient pas de mesures rigoureuses pour surmonter les obstacles. Il a affirmé que le volume de travail serait énorme au deuxième semestre, appelant les ministères, secteurs et localités à redoubler d’efforts et à collaborer étroitement avec les parties concernées pour accélérer le décaissement des investissements publics.

Afin de déterminer les investissements à réaliser en priorité, le gouvernement a examiné attentivement les atouts de chaque localité. Cette analyse a permis d’élaborer une stratégie de relance efficace, selon le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung. "Les secteurs industriel et touristique sont deux leviers de croissance importants. L’urgence consiste à redémarrer les chaînes d’approvisionnement industrielles interrompues par la crise du coronavirus. Il est aussi nécessaire de dynamiser le tourisme domestique par différents programmes promotionnels et de lancer un fonds pour le développement touristique. Le gouvernement entend également aider les entreprises à tirer le meilleur parti des accords de libre-échange signés avec les partenaires commerciaux importants", a-t-il indiqué.

Nguyên Thanh Phong, président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, locomotive économique du pays, a affirmé : "Dans le cadre du programme de soutien aux affaires, nous avons demandé au Conseil populaire municipal de porter les aides accordées aux investisseurs à 200 milliards de dôngs (7,67 millions d’euros) à la place des actuels 100 milliards (3,83 millions d’euros). Environ 80% des fonds publics seront décaissés d’ici au mois d’octobre. Nous comptons sur l’accord de libre-échange Vietnam - Union européenne pour trouver de nouveaux marchés à l’export notamment dans le secteur des logiciels".

D’ici la fin d’année, pour accélérer le décaissement des investissements publics 2020, le ministère des Finances a proposé au Premier ministre de confier à celui du Plan et de l’Investissement le réexamen et la synthèse des données de ces fonds pour compléter le plan de décaissement des ministères et branches en 2020. Pour les projets d’APD et prêts à taux préférentiels, le ministère des Finances demande aux organes concernés d’être actifs dans le règlement des obstacles liés aux adjudications, à la libération de terrains et à l’accomplissement des formalités afin d’apporter des modifications appropriées aux fonds.

Thê Linh/CVN

back to top