18/01/2020 18:36
Le Têt approchant, les villages horticoles sont en pleine effervescence, du Nord au Sud. Les chrysanthèmes, les lys, les roses, les fleurs de pêchers et d’abricotiers poussent à plein régime. Quant aux horticulteurs, ils travaillent d’arrache-pied en cette fin d’année lunaire.
>>Tourisme agricole à Dà Lat
>>Quatre villages de métiers de Hanoi à visiter au Têt

Un jardin de fleurs dans le district de Duy Xuyên, province de Quang Nam (Centre). Photo : VOV/CVN

Tous les jours, dans les villages horticoles du district de Van Giang, province de Hung Yên (Nord), les camionnettes et les scooters font la queue pour s’approvisionner en fleurs et en plantes. Ces "greniers à fleurs" passionnent également bon nombre de touristes provenant des localités voisines. Nguyên Duc Duong, qui vient de Hanoï, est tout étourdi de ce véritable festival de couleurs.

"C’est vraiment fantastique de voir de ses propres yeux ces fleurs dont on vante tant la beauté! Je viens ici tôt pour trouver les plus belles fleurs pour à décorer ma maison pendant le Têt", confie-t-il.

De nos jours, Van Giang compte des milliers d’horticulteurs en activité et des dizaines d’entreprises de production et de commerce de fleurs. Ses villages horticoles regorgent de fleurs locales mais aussi de fleurs exotiques comme les tulipes des Pays-Bas, les orchidées et les abricotiers à fleurs rouges du Japon ou de Chine.

"Nous avons importé aussi des fleurs et des plantes venues d’autres régions pays du monde. Le choix est varié, mais le prix reste stable. Et ça marche : le nombre de clients a presque doublé", constate Nguyên Thi Thuy, responsable de la société Thuy Cam, de la commune de Xuân Quan.

Dans les villages horticoles situés sur les hauts plateaux du Centre, le temps clément a permis de garantir une belle floraison, notamment pour les chrysanthèmes. Nguyên Mâu Lôc, qui est horticulteur dans la ville de Buôn Ma Thuôt (province de Dak Lak), a préparé cette année 1.500 pots de chrysanthèmes, soit trois fois plus que l’année précédente.

"Pour l’essentiel, ça a été commandé à l’avance par les grossistes", nous dit-il. "Le reste sera vendu au détail. Dans notre ville, la superficie destinée à la plantation des chrysanthèmes ne cesse de s’agrandir chaque année en raison de la demande au moment du Têt".

Effervescence des villages au Centre

Dans les villages horticoles, le Têt est la saison de la prospérité. Y Linh Niê, horticulteur à Ea Mâp, qui est un hameau rattaché au district de Cu Mgar, également dans la province de Dak Lak, s’est lancé dans des activités… florissantes depuis une dizaine d’années. Avec sa ferme horticole qui s’étend aujourd’hui sur 4.000 m², il est capable de produire 100.000 tiges de chrysanthèmes et 80.000 tiges de glaïeuls, ce qui lui rapporte au moins 400 millions de dôngs, soit 17.000 USD, à l’occasion du Nouvel an lunaire.

"Les chrysanthèmes sont assez sensibles aux variations de températures. Il faut les suivre de près pour les protéger contre les maladies", nous explique-t-il.

Dans le district de Duy Xuyên, province de Quang Nam (Centre), les horticulteurs ont de quoi se réjouir : les conditions climatiques leur ont été favorables… Les fleures éclosent en temps voulu et les prix augmentent considérablement.

"C’est vraiment un métier rentable. Les commerçants viennent ici et commandent sur place. Par ailleurs, j’approvisionne en fleurs et en plantes d’agrément les rues florales et plusieurs sites touristiques", nous raconte Nguyên Thi My Na, une horticultrice locale.

Les Vietnamiens ornent leurs maisons de fleurs et de plantes d’agrément dans l’espoir de s’attirer une nouvelle année paisible et heureuse. C’est une tradition qui est belle, dans tous les sens du terme... 

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.