19/11/2016 16:08
La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite qui combat au Yémen les rebelles Houthis soutenus par l'Iran a décrété un cessez-le-feu de 48 heures renouvelable qui débute le 19 novembre, a-t-elle indiqué dans un communiqué.
>>Yémen : 38 morts dans un double raid aérien sur un centre de détention
>>Une fragile trêve entre en vigueur au Yémen
>>Yémen : une trêve prévue après dix jours de violences et de pressions

Des combats loyalistes au président Hadi tiennent une position à Taez lors de combats contre des rebelles Houtis, le 15 novembre au Yémen.

Photo : AFP/VNA/CVN


"Il a été décidé de débuter un cessez-le-feu de 48 heures le 19 novembre à 12h00 heures du Yémen (09h00 GMT)", précise le communiqué publié par l'agence de presse saoudienne SPA.

Ce cessez-le-feu sera renouvelé si les rebelles Houthis et leurs alliés respectent la trêve et acceptent des livraisons d'aide humanitaire dans des villes assiégées comme Taëz, la grande ville du sud-ouest du Yémen, poursuit le communiqué.

L'annonce de cette trêve se fonde sur une lettre que le roi Salmane d'Arabie saoudite a reçue de la part du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui vit en exil à Ryad, a précisé la coalition.

La coalition soutient les forces fidèles au président Hadi depuis mars 2015. La décision de décréter un cessez-le-feu est conforme aux efforts de l'ONU et de la communauté internationale pour parvenir à la paix au Yémen et assurer la distribution d'aide humanitaire à travers le pays, ajoute le communiqué.

"Les forces de la coalition respecteront le cessez-le-feu", mais elles riposteront si les rebelles Houthis ou leurs alliés appartenant aux troupes loyales à l'ancien président yéménite Ali Abdullah Saleh ont une quelconque activité militaire dans quelque zone que ce soit, déclare le communiqué diffusé par l'agence SPA.

De la fumée s'élève dans le ciel de Sanaa après des frappes aériennes, le 25 septembre. Photo : AFP/VNA/CVN


Le "blocus" naval et aérien imposé par la coalition restera en vigueur et des avions continueront à survoler le Yémen pour des missions de surveillance, selon le document.

On ne disposait immédiatement d'aucune réaction des rebelles à l'annonce de ce cessez-le-feu. Le secrétaire d'État américain John Kerry avait annoncé une trêve qui devait prendre effet jeudi et qui avait été acceptée par les rebelles, qu'il avait rencontrés à Oman. Mais le gouvernement avait déclaré qu'il n'était pas au courant de cette initiative et la coalition avait poursuivi ses opérations.

Plus de 7.000 personnes tuées
et près de 37.000
blessées


Six tentatives de cessez-le-feu ont échoué. La dernière en date le 20 octobre, sous l'impulsion de Washington, de Londres et de l'ONU, a volé en éclats dès son entrée en vigueur.

Depuis le 17 novembre plus de 50 personnes ont été tuées dans des combats entre rebelles et loyalistes aux abords de Taez, la troisième ville du Yémen, selon des sources médicales et militaires.

Ces affrontements ont fait disparaître tout espoir que la proposition de trêve de M. Kerry soit suivie d'effet. La tension est également vive à la frontière saoudo-yéménite où un membre de la garde nationale saoudienne a trouvé la mort vendredi à Assir, dans le sud du royaume, par la chute de projectiles tirés depuis le Yémen, selon le ministère saoudien de l'intérieur.

Selon l'ONU, plus de 7.000 personnes ont été tuées et près de 37.000 blessées au Yémen depuis que la coalition sous direction saoudienne a lancé sa campagne militaire contre les Houthis l'année dernière.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Ngoc Lan, le somptueux hôtel pour se dire «oui» Outre ses services de qualité, l’hôtel Ngoc Lan à Hô Chi Minh-Ville est une adresse prisée par les jeunes couples dans la mégapole du Sud pour célébrer leur mariage.