14/01/2017 06:16
Faisant fi des opportunités professionnelles, plusieurs jeunes ont décidé de se lancer dans une aventure unique : prendre en photo les enfants des régions reculées du Vietnam. Un projet de passionnés, pour inspirer la jeune génération.
>>Hanoï développe l’esprit start-up chez les jeunes
>>Dix jeunes citoyens de Hô Chi Minh-Ville à l’honneur

La joie des enfants brandissant leur photo portrait.

À la sortie de l’université, les jeunes doivent déterminer leur chemin pour leur futur. Certains préfèrent s’insérer rapidement dans la vie professionnelle. D’autres profitent pour découvrir de nouveaux horizons, en tant que volontaires. Quoiqu’ils choisissent et malgré les difficultés, leur futur sera à portée de main s’ils continuent avec volonté et passion.

C’est le cas de ce diplômé de l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoï. Dô Van Hùng s’est lancé il y a trois ans dans un projet communautaire :
tirer le portrait d’enfants défavorisés vivant dans les régions montagneuses du Nord du Vietnam, et leur offrir par la suite les clichés.

Depuis, le jeune homme et ses acolytes se disent très contents du résultat, et que malgré les obstacles qui pourront encore se mettre en travers de leur route, ils ont l’ambition d’étendre ce projet à tous les enfants mais aussi personnes âgées en situation précaire des provinces vietnamiennes, et également dans le reste de l’Asie du Sud-Est.

Une passion nourrie depuis l’Université

Épris de photographie mais malheureusement sans en avoir les moyens, Hùng avait dû mettre son rêve de côté. En 2012, alors qu’il était à Singapour pour un stage de trois mois, il a décroché un petit boulot d’étudiant et épargné suffisamment pour s’offrir son premier appareil photo, un Canon 60D. Il a par la suite donné des cours de vietnamien en Thaïlande, et c’est de là qu’est venue son idée de prendre en photo les enfants. Ses deux amis, Phuong et Hung, l’ont immédiatement soutenu, et tous trois ont décidé de se lancer dans le projet.

Début 2013, Hùng avait déjà pris 450 portraits de ces enfants dans les provinces montagneuses du Nord, une solide base qui lui a donné encore plus de confiance pour poursuivre l’aventure dès son retour au pays. En mars 2014, Hùng et son groupe ont rapidement mis la main à la pâte pour lancer le projet «Vietnam free foto for children» dans le district de Mèo Vac, province Hà Giang (Nord). La première étape consistait à étudier minutieusement la région afin de planifier au mieux le déroulement du programme.

Du labeur, des larmes, beaucoup de sueur, mais rien n’empêchera Hùng (gauche) d’apporter à son tour le bonheur aux personnes défavorisées.

L’art de la débrouillardise au service d’une cause

Démarrer des initiatives d’une aussi grande envergure est compliqué sur le plan financier, surtout pour des tous jeunes diplômés. Ils ont frappé à de nombreuses portes pour trouver les fonds nécessaires, tout en essayant parallèlement de voyager de manière la plus économique possible. Autre problème matériel, la pénurie permanente d’encre et de papier photo pour l’impression. Tuân, la toute dernière recrue, est photographe professionnel et n’hésite pas à demander de l’aide à sa propre clientèle pour venir à bout de ces contretemps.

Mais le danger peut tout simplement surgir au détour d’un chemin. Le groupe a dû batailler ferme pour réaliser son rêve en passant par des zones périlleuses en montagne, notamment pendant la saison des pluies. Avec l’aide des locaux et des professeurs travaillant sur place, ils ont pu surmonter les routes sinueuses, les animaux sauvages et les inondations pour offrir les meilleures photos aux enfants vivant dans les coins les plus reculés du pays.

Des sourires et encore des sourire !
Après neuf mois, Hùng et ses amis ont photographié 10.000 enfants défavorisés, mais également des habitants pauvres et aussi des professeurs de 129 villages situés dans les provinces du Nord du Vietnam que sont Hà Giang, Lai Châu, Lào Cai, Yên Bai, Cao Bang, Lang Son et Hoà Binh. Ces efforts ont porté leurs fruits : les photos ont été présentées lors d’une exposition qui a eu lieu le 1er juin 2015 à Hanoï, à l’occasion de la Journée internationale de l’enfance, et avec le soutien de plusieurs ONG.

Lors du passage au Nouvel An du Coq 2017, tandis que tout le monde s’apprête à se préparer pour la grande fête traditionnelle, Hùng et ses amis continuent leur travail avec acharnement pour offrir un Têt plein de gaieté et de tendresse aux enfants démunis.

En dépit de toutes les difficultés mises en travers de leur chemin, Hùng et ses compagnons n’ont jamais pensé à capituler. De leurs aveux, les sourires des enfants et les émotions partagées entre les générations sont les véritables moteurs de leur motivation. Du labeur, des larmes, beaucoup de sueur, mais rien n’empêchera Hùng et sa bande de photographes chevronnés d’apporter à leur tour le bonheur aux personnes défavorisées.

Hông Anh/CVN
(Source de photos : Vietnamfreefotoforchildren)

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê débute Le 7e festival des métiers traditionnels de Huê 2017 a débuté le 28 avril dans la ville de Huê, province centrale de Thua Thiên-Huê, en réunissant 327 artisans de 40 villages artisanaux et établissements à travers le pays.