31/12/2016 15:45
Jean-Pierre De Rouck est un retraité belge. Par passion pour le Vietnam, il a créé l’association Les Petits Bouts de Kontum, en faveur des personnes défavorisées, et plus particulièrement des enfants, de la province de Kon Tum, sur les hauts plateaux du Centre.
>>SOS Villages d'enfants international soutient des enfants vietnamiens
>>Une fête de la mi-automne joyeuse pour les enfants en difficulté
>>Fête de la Mi-automne : pour le bonheur des enfants


Jean-Pierre Derouck (2e, droite) rend visite à une famille issue d’une minorité ethnique à Kon Tum. 
Photo : ASBL/CVN

«Depuis ma retraite, je me suis converti en bourlingueur, et je suis particulièrement attiré par le Vietnam», confie Jean-Pierre De Rouck, un septuagénaire habitant la ville de Wavre, en région wallonne en Belgique.

Lors de son premier voyage au Vietnam en 2002, Jean-Pierre a débarqué à Kon Tum, une province sur les hauts plateaux du Centre. Un orphelinat se trouvant derrière une vieille cathédrale en bois a tout se suite attiré son attention. La vie difficile des enfants de l’ethnie Ba Na l’a marqué à jamais.

De retour en Belgique, Jean-Pierre nourrit l’idée de faire quelque chose pour contribuer à améliorer les conditions de vie de ces «petits bouts de chou».

Donner plus aux ethnies minoritaires

En 2005, il a fondé avec sa femme l’association Les Petits Bouts de Kontum qui a pour but de récolter des fonds pour apporter une aide humanitaire et sociale, mais aussi un soutien scolaire en faveur des orphelins de Vinh Son 1. Comment recueillir cependant les fonds ? Jean-Pierre a beaucoup réfléchi à la question, et tout tenté.

De nouveaux bassins d’eau potables ont été construits pour les habitants de la commune de Vinh Son, province de Kon Tum.
Photo : ASBL/CVN

Il a commencé par écrire à ses amis et voisins pour leur expliquer la situation déplorable de l’orphelinat. Avec l’aide d’une amie vietnamienne, il a organisé plusieurs festins gastronomiques vietnamiens pour récolter de l’argent.

Grâce à la générosité de fidèles donateurs et de nombreux bénévoles, depuis 2009, l’association s’est engagée non seulement à améliorer les conditions de vie de l’orphelinat mais également dans les villages reculés des Ba Na, en leur donnant notamment accès à l’eau potable et des conditions d’hygiène décentes.

Ses voyages au Vietnam en avion n’étaient cependant pas des plus simples avec tout le matériel. Le retraité a choisi d’emporter des médicaments, car «les problèmes de santé sont nombreux, et avec le riz, il s’agit d’un besoin vital», souligne-t-il.

Construction d’un 2e dispensaire dans la commune de Vinh Son.
Photo : ASBL/CVN

Chaque année, au mois de mars, il prend l’avion vers Kon Tum et l’argent qu’il collecte en Belgique sert à offrir des consultations médicales aux locaux et à acheter des équipements pour l’orphelinat. Des infirmiers habitant la région sensibilisent régulièrement les populations aux règles élémentaires d’hygiène. Les jeunes mamans sont initiées aux soins pédiatriques, car le taux de mortalité infantile reste encore élevé chez les minorités ethniques.

Grâce aux efforts de Jean-Pierre De Rouck, la vie des enfants de l’orphelinat Vinh Son 1 s’améliore de jour en jour, et les locaux s’habituent à une nouvelle vie plus hygiénique.

«Le Vietnam est toujours dans mon cœur. Je continue à solliciter les aides en faveur des démunis tant que j’en ai encore de la force», affirme le septuagénaire, le sourire aux lèvres.
 
Huong Giang/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Chronique photographique au Viet nam, premier volet : scènes de rue Ponctuel, mais fidèle visiteur du Vietnam, j’ai au cours de ces visites fait moisson de souvenirs illustrés par des milliers de photographies, prolongeant ainsi la mémoire des instants de grâce vécus dans ce pays.