10/01/2017 16:24
La coalition contre le groupe État islamique (EI) a mené dimanche 8 janvier une rare opération commando au sol contre des chefs de l'organisation jihadistes dans l'Est de la Syrie près de Deir Ezzor, qualifiée de "succès" par le Pentagone.

>>Syrie : un attentat sanglant et des combats fragilisent la trêve
>>Syrie : la réussite des pourparlers d'Astana dépend du respect du cessez-le-feu

 

Des soldats du régime syrien dans le quartier de Soukkari à Alep, le 23 décembre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN


Le Pentagone a toutefois refusé de donner des détails sur l'opération, se bornant à juger "très exagéré" le bilan de 25 tués chez les jihadistes avancé plus tôt par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG syrienne qui dispose de nombreux relais dans la Syrie en guerre.


Le bilan est "d'un ordre de grandeur inférieur", a indiqué le capitaine Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Celui-ci a précisé que l'opération avait été conduite par l'unité américaine de forces spéciales chargées de traquer les chefs jihadistes (ETF, expeditionary targetting force).

"Le but de ce genre de raid n'était pas seulement d'éliminer des jihadistes, il est aussi de recueillir du renseignement pour mener ensuite de futures opérations", a-t-il ajouté.

Selon l'
OSDH et les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde alliée de la coalition, l'opération a mis en œuvre notamment au moins quatre hélicoptères, dont des hélicoptères d'attaque Apache.

Selon la même source, l'opération qui a donné lieu à "de violents combats" s'est déroulée dans le village d'al-Koubar, à 40 kilomètres à l'ouest de Deir Ezzor. Les forces spéciales américaines ont notamment attaqué une station d'épuration contrôlée par l'EI.

Les FDS ont affirmé que les forces américaines avaient fait des prisonniers dans l'opération, mais le porte-parole du Pentagone a démenti.

"Il n'y pas de mise en détention suite à cette opération", a dit le capitaine de vaisseau Jeff Davis, qui a aussi démenti certaines rumeurs affirmant qu'il s'agissait de libérer des otages de l'EI.

Une source militaire syrienne a affirmé que "les radars de l'armée ont repéré l'opération".

Deir Ezzor est la seule province syrienne quasi-totalement aux mains de l'EI. La ville éponyme est contrôlée en majorité par le groupe ultraradical, à l'exception d'une partie qui est aux mains de l'armée syrienne.

Selon l'OSDH, le commando américain a tué au total 25 membres de l'EI : 14 jihadistes à bord d'une voiture visée par la force spéciale et 11 autres dans l'attaque.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam