17/10/2016 11:01
Des rebelles soutenus par la Turquie ont infligé une défaite le 16 octobre au groupe État Islamique (EI) en prenant Dabiq, une ville syrienne symbolique pour les jihadistes.
>>Un soldat turc tué par l'EI dans le Nord de la Syrie
>>Plus de 200 jihadistes français sont morts en zone irako-syrienne
>>La coalition internationale croit frapper l’EI, des dizaines de soldats syriens tués

Le secrétaire d'État américain John Kerry à Londres lors d'une réunion sur la Syrie, le 16 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN

À Londres, où étaient réunis le 16 octobre des pays soutenant l'opposition syrienne, le secrétaire d'État américain John Kerry a affirmé que des "crimes contre l'humanité" étaient perpétrés dans les quartiers rebelles d'Alep et prévenu que des "mesures supplémentaires" étaient envisagées contre "le régime et ses supporteurs".

Le conflit syrien, qui a débuté après la répression en 2011 par le régime du président syrien Bachar al-Assad de manifestations prodémocratie, a fait plus de 300.000 morts et implique aujourd'hui des acteurs locaux, régionaux et internationaux ainsi que des groupes jihadistes.

Dans la province du même nom, mais sur un autre front de ce conflit complexe, des rebelles soutenus par la Turquie "ont pris la ville de Dabiq après le retrait des jihadistes de l'EI", selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui a précisé qu'une localité voisine avait aussi été conquise.

Un de ces groupes rebelles, l'Union Fastaqim, a confirmé sur Twitter que Dabiq était tombée "après de violents combats avec Daech", acronyme en arabe de l'EI.

Dans une vidéo filmée à Dabiq par un correspondant, on voit des rues quasiment désertes. Des drapeaux de l'EI sont peints sur les murs, ainsi que des slogans comme "Notre cause, c'est l'établissement du califat".

En treillis avec le drapeau de la révolution syrienne sur la poitrine, le chef de la "Brigade 51" Haitham Ibrahim Afassi affirme : "Je remercie Dieu qui nous a donné la victoire sur les gamins de (Abou Bakr al-) Baghdadi (ndlr : calife autoproclamé de l'EI). Les héros de l'Armée syrienne libre ont libéré la région".

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a affirmé le 16 octobre que les rebelles soutenus par la Turquie allaient désormais avancer vers Al-Bab, ville tenue par les jihadistes à une trentaine de kilomètres au Sud-Est de Dabiq.

Le secrétaire américain à la Défense Ash Carter a salué dans un communiqué le soir du 16 octobre la libération de Dabiq, "qui donne un nouvel élan à la campagne pour infliger une défaite durable" à l'EI en Syrie.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines