02/12/2016 16:33
La chaîne de cafés américaine Starbucks a annoncé jeudi 1er décembre le départ de Howard Schultz, son charismatique Pdg, tournant une page importante de son histoire qui l'a vu passer en 45 ans d'épicerie locale basée à Seattle en une multinationale.

>>Les cafés étrangers se cassent les dents sur le marché vietnamien
>>Des capitaux étrangers pour la transformation de café
 

L'enseigne d'un café Starbucks le 22 janvier 2015 à San Francisco, aux États-Unis. Photo : AFP/VNA/CVN


M. Schultz, 63 ans, va céder les commandes du groupe à son numéro 2 depuis plus d'un an, Kevin Johnson, le 3 avril 2017.

Il ne coupe pas complètement les liens avec l'entreprise puisqu'il va rester président du conseil d'administration. En tant que tel, il sera en charge de l'innovation et de réfléchir au développement d'une offre de cafés haut de gamme (Starbucks Reserve Roasteries) destinée à redonner un coup de frais à la marque et à contrer l'érosion de la fréquentation.

Starbucks prévoit d'en ouvrir de 20 à 30 dans les prochaines années pour essayer de séduire les consommateurs.

"Je vais me concentrer sur la nouvelle phase d'innovation de Starbucks", explique Howard Schultz, visage de Starbucks depuis trois décennies.

"Je vais concentrer tout mon temps à cette mission. Je ne quitte pas l'entreprise. Je suis et serai là tous les jours", a-t-il tenu à rassurer lors d'une courte conférence téléphonique avec les analystes. Il n'a toutefois pas dit s'il avait été poussé à la démission ou pas.

Howard Schultz, qui a rejoint Starbucks en 1982 en tant que directeur commercial, est considéré comme l'artisan du succès mondial de la chaîne de cafés qu'il avait quittée brièvement en 1986 suite à des dissensions avec les propriétaires.

Il avait ensuite monté sa propre entreprise, Il Giornale, avant de racheter par la suite, en 1987, les parts des propriétaires de Starbucks, créé en 1971 à Seattle, avec le soutien de petits investisseurs locaux. Depuis il n'a eu de cesse de développer l'entreprise, qui exploite aujourd'hui plus de 25.000 cafés à travers le monde.

Il s'est illustré ces derniers mois par ses prises de position politiques et le soutien apporté aux salariés américains réclamant une augmentation du salaire minimum à 15 dollars de l'heure.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Ngoc Lan, le somptueux hôtel pour se dire «oui» Outre ses services de qualité, l’hôtel Ngoc Lan à Hô Chi Minh-Ville est une adresse prisée par les jeunes couples dans la mégapole du Sud pour célébrer leur mariage.