15/04/2017 15:10
Maria Sharapova, suspendue en janvier 2016 pour dopage par la Fédération internationale de tennis (ITF), reproche aux instances internationales de ne pas l'avoir avertie qu'une substance qu'elle utilisait venait d'être ajoutée à la liste des produits interdits, vendredi 14 avril dans The Times.
>>Tennis : Pavlyuchenkova tourmente encore Kerber, à Monterrey
>>Tennis : Federer, redevenu ogre, voit triple à Miami
>>Dopage : Nadal balaye les accusations de l'ex-ministre française des Sports

La Russe Maria Sharapova lors d'un match de bienfaisance pour la fondation Elton John AIDS, le 10 octobre 2016 à Las Vegas.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Pourquoi personne n'est venu me voir pour une conversation simple, entre un officiel et un athlète, ce qui aurait réglé le problème de confidentialité qui a été évoqué par la suite", s'interroge ainsi la Russe dans le quotidien britannique The Times.

L'ex-No1 mondiale de 29 ans, cinq fois titrée en Grand Chelem, avait été contrôlée positive au meldonium en janvier 2016. Dans un premier temps elle avait été privée de compétition pendant deux ans par l'ITF. Sa suspension avait été réduite en octobre à 15 mois par le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui avait précisé qu'elle n'avait pas eu l'intention de tricher.

La joueuse russe utilisait depuis plusieurs années le meldonium, alors autorisé, mais ce médicament a été reclassifié en produit interdit par l'AMA début 2016 après que des augmentations de performances aient été régulièrement constatées.

Maria Sharapova devrait faire son retour au tournoi de Stuttgart, qui débute le 24 avril.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.