09/11/2016 22:14
La publication du rapport sur «La gestion des conflits d’intérêts dans le secteur public, droit et pratique au Vietnam», de la Banque mondiale et de l'Inspection gouvernementale, a eu lieu le 9 novembre à Hanoï avec le soutien financier du gouvernement britannique.
>>Anti-corruption : la permanence du Comité national de pilotage se réunit
>>Lutte anti-corruption : l’ONUDC prêt à coopérer avec l’Inspection du gouvernement
>>Les délégués avancent des mesures anti-corruption

Atelier de publication du rapport sur la gestion des conflits d’intérêts dans le secteur public», le 9 novembre à Hanoï.
Photo : Mai Huong/CVN

Selon le document, le Vietnam a obtenu d’encourageants résultats en matière de développement économique lors de ces trois dernières décennies. Toutefois, le processus de transition de l’époque d’une économie centralisée et planifiée à une économie de marché renforce ipso facto les interactions entre les secteurs public et privé, ce qui génère des conflits d’intérêts qu’il convient de résoudre par des politiques et une réglementation juridique appropriées.

Le Vietnam pourrait améliorer l’intégrité et l’efficacité de son secteur public en complétant son arsenal juridique, notamment dans le contrôle des conflits d’intérêts tels que les cadeaux, le recrutement, ou encore la fourniture et l’utilisation d’informations privilégiées.

«L’objectif de cette étude est de recommander des mesures au gouvernement vietnamien pour élever la conscience des fonctionnaires, diminuer les conflits d’intérêts, améliorer la qualité des institutions du secteur public, et renforcer la lutte contre la corruption», a précisé l’Inspecteur général adjoint du gouvernement vietnamien, Nguyên Van Thanh.

Renforcer l’intégrité et lutter contre la corruption

Toujours selon ce rapport, la compréhension de la société par les cadres et fonctionnaires en matière de conflits d’intérêts demeure limitée. Plusieurs formes différentes de conflits d’intérêts au sein du secteur public ont entraîné une baisse de l’efficacité et de l’intégrité des institutions publiques.

ll est nécessaire d’améliorer la conscience des fonctionnaires sur les conflits d’intérêts dans le secteur public.
Photo : VNA/CVN

«Le Vietnam espère devenir un pays prospère avec des institutions modernes d’ici à 2035. Le contrôle des conflits d’intérêts est une condition sine qua non pour réaliser cet espoir», a expliqué Ousmane Dione, directeur national de la Banque mondiale au Vietnam.

Le rapport étudie des conflits d’intérêts dans six domaines d’activité du secteur public comme la fourniture de services publics, le recrutement et la nomination, les adjudications publiques, l’approbation et l’autorisation de projets, les contrôles et les inspections, le traitement des infractions.

Après enquêtes au sein de la population, des entreprises, des cadres et des fonctionnaires, le rapport constate une forte demande de la société en termes de transparence, d’efficacité et d’intégrité dans les décisions d’attribution des ressources publiques.

Selon ce rapport, les adjudications, l’approbation et l’autorisation des projets, ainsi que les recrutements et les nominations, sont les secteurs dans lesquels les conflits d’intérêts sont les plus répandus. Pour les contrôler effectivement, le rapport formule plusieurs recommandations, telles que l’élévation des connaissances des cadres, des fonctionnaires, de la population et des entreprises en matière de conflits d’intérêts, l’amélioration des politiques et de la réglementation...

«Le contrôle strict des conflits d’intérêts permet d’améliorer l’efficacité, de renforcer l’intégrité et de lutter contre la corruption dans le secteur public. J’espère que le Vietnam prendra sérieusement des mesures pour réformer les institutions dans ce secteur», a souligné Giles Lever, ambassadeur du Royaume-Uni au Vietnam.
 
Mai Huong/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Ngoc Lan, le somptueux hôtel pour se dire «oui» Outre ses services de qualité, l’hôtel Ngoc Lan à Hô Chi Minh-Ville est une adresse prisée par les jeunes couples dans la mégapole du Sud pour célébrer leur mariage.