28/12/2016 13:18
À l’occasion du Têt du Coq, les personnes aisées sont prêtes à consacrer des dizaines de millions de dôngs pour acheter un coq à huit ou neuf ergots, qui sont considérés comme porte-bonheur. Évidemment, des gallinacés particulièrement rares.
>>Découverte de la beauté intacte du village de Coi
>>Le coq à neuf ergots, un cadeau de luxe

Les coqs à neuf ergots sont sont considérés comme porte-bonheur.
Photo : VNN/CVN

Un mois avant le Têt traditionnel. Hô Van Phuong, de l’arrondissement de Câu Giây à Hanoï, furète un peut partout pour trouver deux coqs à neuf ergots pour des familles riches. Il s’est rendu au village de Coi, dans le district de Thanh Son de la province de Phu Tho, renommé depuis très longtemps pour avoir assez fréquemment de tels bêtes. «Les coqs à neuf ergots sont la spécialité la plus précieuse du Vietnam. Autrefois, ils étaient présentés aux rois», précise Hô Van Phuong. Et à l’occasion du Têt, tout le monde espère d’avoir une paire de ces coqs pour rendre le culte aux ancêtres. Comme la tradition le veut, ces animaux sacrés apportent le bonheur et la fortune à la famille détentrice. Leur viande est en outre appréciée pour sa valeur nutritionnelle...
 

«Il est très difficile de trouver des coqs à huit ou neuf ergots», admet M. Phuong. «J’ai souvent perdu des semaines et des semaines à en chercher, sans résultats», ajoute-t-il. Les coqs à sept ergots ou moins sont plus courants. «Il suffit d’un coup de téléphone, les vendeurs les apportent chez vous tout de suite, mais pour ceux qui ont huit ou neuf ergots, cela ne fonctionne pas ainsi», informe-t-il.

L’histoire reste la même avec Trân Van Hiêu, de l’arrondissement de Hoàng Mai, à Hanoï toujours. Chaque weekend, il va dans les régions spécialisées dans l’élevage de coqs précieux pour en trouver un couple pour sa famille, mais en vain. «Les coqs à neuf ergots ont une apparence magnifique. Leurs pattes sont uniques. Lors qu’on les présente sur l’autel, leurs pattes sont comme des fleurs», s’exalte M. Hiêu. C’est pour cette raison qu’il s’efforce tant d’en trouver pour le Têt. Après trois semaines, il a réussi à en avoir un, et les recherches se poursuivent donc pour un second.

«Depuis quelques années, les coqs à neuf ergots sont de plus en plus recherchés», remarque Nguyên Minh Tuê, un fournisseur de coqs spéciaux du village de Dinh, arrondissement de Nam Tu Liêm à Hanoï. Les coqs à sept ergots et moins coûtent de 700.000 à 800.000 dôngs. «Pour le Têt de 2016, j’ai réussi à vendre quelque 1.000 bêtes de ce genre», informe-t-il. En revanche, ceux à neuf ergots sont vendus de 40 à 50 millions de dôngs, un prix exorbitant, et «tous riches qu’ils soient, ceux qui veulent en acquérir doivent patienter», conclut Nguyên Minh Tuê.

Vân Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Des promotions baptisées Saigontourist célébrera le 1er août ses 42 ans (1975-2017). L’occasion pour les hôtels, zones touristiques, restaurants et agences relevant de l’incontournable voyagiste de proposer une ribambelle d’offres alléchantes. Venez en profiter !