04/03/2017 07:50
Après avoir soumis leur demande de candidature au gouvernement, les deux mégapoles du pays – Hanoï et Hô Chi Minh-Ville – sont en compétition pour héberger les SEA Games 31. Le gouvernement rendra son verdict d’ici la fin de l’année.
>>Le Vietnam à la conquête de nouveaux objectifs sportifs
>>Les clubs de Hanoï rêvent plus grand
>>Nguyên Anh Tu, l’«oiseau rare» du tennis de table vietnamien

L’un des meilleurs atouts de Hanoï ? Ses infrastructures sportives.
Photo : CTV/CVN

La ville qui accueillera les 31es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games 31) en 2021 sera désignée d’ici fin 2017. Pour l’heure, Hanoï est candidate face à Hô Chi Minh-Ville.

L’un des points forts de la capitale est de posséder des stades aux normes internationales. Ses infrastructures sont également de bonne qualité, tout comme ses nombreux hôtels, habitués à accueillir les touristes du monde entier. En termes de liaisons dans les transports, la plupart sont fonctionnelles.

Hanoï a l’atout de l’expérience...

Les responsables de Hanoï ont affirmé que la ville pourrait répondre aux critères du gouvernement. Ville organisatrice des SEA Games 22 en 2003 et des 3es Jeux sportifs d’Asie en salle 2009 (Asia indoor Games, ndlr), la capitale a une connaissance plus complète des opportunités et défis, des avantages et inconvénients, et a tiré des enseignements précieux dans l’organisation de grands événements sportifs. Elle a fait bâtir de nouveaux ouvrages, tout en procédant à la rénovation et à la modernisation de plusieurs stades et gymnases conformément à son plan d’aménagement pour le développement des sports à l’horizon 2020 et sa vision 2030.

Si le choix se porte sur elle, Hanoï s’engage à utiliser de manière optimale le budget national en profitant au maximum de ses infrastructures actuelles. Dans le prolongement de cette idée, elle encouragera les associations et organismes à parrainer ou à investir dans le sport, multipliera les échanges et renforcera les formes de coopération, afin de solliciter davantage d’assistances financières mais aussi techniques au service du développement du sport de Hanoï.

La facture prévisionnelle des travaux en vue des SEA Games 31 s’élève à 1.700 milliards de dôngs, dont 785,2 milliards seront consacrés à la rénovation des installations sportives. Et la rentrée budgétaire est estimée à près de 97 milliards de dôngs.

... Hô Chi Minh-Ville mise sur son budget

La mégapole du Sud ne cache, quant à elle, pas son ambition de se reposer sur ce qui fait sa force : le budget de la ville. «Nous devrons élaborer un projet pour le soumettre au gouvernement. Il sera précisé que nous aurons recours au budget de la ville et non à celui de l’État», a souligné Dinh La Thang, secrétaire du Comité municipal du Parti communiste du Vietnam pour Hô Chi Minh-Ville. Un argument de poids.

Le Palais omnisports de Phu Tho (Hô Chi Minh-Ville) sera rénové en vue des SEA Games 31.
Photo : Kha Hoa/CVN

La ville compte en effet profiter au maximum des recettes provenant de la manne financière des sponsors et des associations et organismes qui voudront plus de visibilité en vue de l’événement. Ces recettes sont pour le moment estimées à 1.700-1.800 milliards de dôngs, tandis que l’organisation des SEA Games 31 coûtera environ 2.000 milliards de dôngs. Par conséquent, si Hô Chi Minh-Ville est désignée ville organisatrice, elle n’aura à dépenser que quelque 300 milliards de dôngs.

Le projet provisoire prévoit de donner la priorité à la construction du Palais omnisports Phan Dinh Phùng, théâtre de quatre disciplines : gymnastique artistique, billard, basket-ball et handball. La ville octroiera aussi une partie de son budget à la rénovation du Palais omnisports de Phu Tho pour les épreuves de natation, de tennis et d’arts martiaux. Les travaux de modernisation de la Zone sportive de Rach Chiêc, inclus dans ce projet, permettront notamment de remplacer les cibles en papier par un système électronique en faveur des épreuves de tir.

Concernant l’hébergement pour les délégations sportives, aucun souci, Hô Chi Minh-Ville disposant de centaines d’hôtels aux normes internationales. De plus, le pensionnat de l’Université national de Hô Chi Minh-Ville sera réquisitionné pour devenir le village des sportifs.

En conclusion, fort de son complexe sportif où se sont déroulés nombre d’événements sportifs nationaux, Hanoï est tout à fait en mesure d’organiser les SEA Games 31. Et il en va de même pour la capitale économique du pays.

Le directeur général du Département général de l’éducation physique et des sports, Vuong Bich Thang, a fait savoir que les instances examineraient à la loupe les projets soumis par les deux villes, afin de soumettre au gouvernement le plus rationnel et économique. Verdict attendu avant la fin de 2017.

Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.