27/01/2017 09:17
Quartier chic par excellence, Tân Dinh était un lieu de convergence des coutumes et d’un certain savoir-vivre saïgonnais dans les années 60 et 70. Ses habitants, notamment ceux qui y sont installés depuis toujours, en parlent avec fierté et nostalgie.
>>Hô Chi Minh-Ville sous des airs fruités
>>Le dédale de ruelles, cœur vibrant des Saïgonnais
>>Les festivals floraux les plus attrayants de Hô Chi Minh-Ville

L’église du Sacré-Cœur dans le quartier de Tân Dinh fait partie des bâtiments historiques de Saïgon.
De l’arrondissement de Phu Nhuân et après avoir traversé le pont Kiêu, voici le quartier de Tân Dinh, espace où les valeurs morales des Saïgonnais se perpétuent depuis des siècles. Le quartier a connu son âge d’or. Évoquer Tân Dinh fait penser à une multitude d’éléments familiers, à commencer par les cafés (Thu Huong, Van Hoa ou ceux des trottoirs). Cela renvoie aussi à ses rues ombragées sous les grands arbres et ses anciens bâtiments d’architecture américaine ou européenne. Tân Dinh était appelé «le quartier des riches», avec ses maisons vastes et spacieuses. Elles étaient isolées et à l’abri des véhicules. Le quartier était tranquille et peu bruyant.

Élégance, courtoisie et respect d’autrui

Il y a environ 50 ans, Tân Dinh se trouvait éloigné du centre-ville de Saïgon (aujourd’hui Hô Chi Minh-Ville). Son calme attirait les cadres et les élites qui s’y installaient pour échapper au tumulte urbain. Née en 1944 dans le quartier, Nguyên Thi Khoi raconte : «C’était un quartier où régnaient la bienséance et le respect d’autrui. Les habitants étaient simples, courtois et généreux».

Les rues étaient toujours propres. Les commerçants transportaient des marchandises en charrettes et chariots. En 1966-1967, les premières motos, importées du Japon, sont apparues à Saïgon.

À cette époque-là, les natifs de Tân Dinh se sentaient fiers. Être riche était important bien sûr, mais l’élégance comptait encore plus. C’est un peu comme les Hanoïens qui ne manquent jamais une occasion de vanter leur origine.

L’église du Sacré-Cœur de Tân Dinh a été construite entre 1870 et 1876. C’est la plus grande de la ville après la Cathédrale Notre-Dame de Saïgon. «J’aimais contempler les femmes qui portaient l’+áo dài+ en allant à la messe chaque dimanche. Quelle belle image !», se souvient Nguyên Thi Khoi.

Par ailleurs, le marché de Tân Dinh, créé en 1926, est également un patrimoine historique de Saïgon. C’était un marché réservé aux riches. Les prix affichés étaient plutôt élevés, en rapport néanmoins avec la qualité proposée. Les Saïgonnais désireux d’acheter des choses dites européennes ou plus tendance se donnaient rendez-vous ici. Le café français tenait la vedette avec les marques Jean Martin ou Meilleur Goût. De plus, les plus jeunes fréquentaient la rue Hiên Vuong (Vo Thi Sau aujourd’hui) pour se faire une nouvelle beauté capillaire.

Un quartier qui ne dort jamais

Le restaurant de Bánh xèo (crêpes salées) Dinh Công Tráng, spécialité de Tân Dinh, est toujours bondé.

À l’heure de la modernité, la culture et les traditions de Tân Dinh se perdent peu à peu. Ce que regrette profondément Nguyên Thi Khoi et tous les habitants du quartier même s’ils n’ont pas le choix et doivent accepter son développement et son intégration. L’horloger Phat est installé devant l’église de Tân Dinh depuis une trentaine d’années. «Tân Dinh change perpétuellement et ne dort jamais», exprime-t-il.

Depuis 20 ans, Tân Dinh est connu pour le commerce au détail et en gros. Spécialisé dans les tissus, une vingtaine de tailleurs d’áo dài  (la tunique traditionnelle des Vietnamiennes) sont installés face au marché de Tân Dinh. Ces boutiques offrent une large palette de modèles, de styles, et ce pour tous les âges.

Travaillant depuis 19 ans dans le magasin de lingerie ABC, Nguyên Van Liêm  informe : «Nos clientes viennent de tous les horizons. Elles sont Saïgonnaises, professeures ou Viêt kiêu. Par ailleurs, nous distribuons des tissus dans les autres villes et provinces».

Autre spécialité qui fait la renommée du quartier : la gastronomie. Les nouvelles générations continuent de mettre en valeur le bánh xèo (crêpe salée) dans la rue Dinh Công Tráng, connu depuis 1975. Tout le monde veut y avoir sa table. Le giò (pâte de viande pilée) et le cha (hachis de porc grillé) Phu Huong, situé dans la rue Vo Thi Sáu, est lui aussi une adresse très courue. De plus, les allées limitrophes vendent des fruits et légumes. Enfin, dans la rue Nguyên Huu Câu, la restauration locale et rapide bat son plein (soupe de côtes de porc, nouilles croustillantes). Et lorsque la nuit a étalé son noir manteau scintillant, le quartier reste constamment en éveil. Des véhicules y circulent en permanence et les restaurants servent toute la nuit. Pour la quiétude d’autrefois, c’est une autre histoire...

Texte et photos : Dang Huong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les 55 ans d'un Département de français

Croissance du tourisme de Hanoï au 1er trimestre Au premier trimestre, Hanoï a accueilli près de 932.000 touristes étrangers, soit une hausse de 9,4% en glissement annuel. C’est ce qu’a annoncé Trân Duc Hai, directeur adjoint du Service municipal du tourisme.