18/03/2017 21:50
Le gouvernement vietnamien l’a prévu : en 2100, la température moyenne aura augmenté de 2 degrés par rapport à celle des dernières décennies du XXe siècle. Le nombre de canicules aura doublé. Quand à la pluviométrie, elle augmentera, à cause de pluies torrentielles et de crues.
>>Efforts pour gérer les impacts des changements climatiques sur les droits des enfants

L’école, la famille et toute la société sont mobilisées à apporter aux enfants des connaissances de base sur l’environnement. Photo : MT/CVN

Le Vietnam se situe à la 13e place des 170 pays les plus exposés aux affres du changement climatique au cours des trente prochaines années. Il est l’un des 16 pays «les plus à risque» compte tenu d’un taux de pauvreté encore élevé, d’une importante densité démographique et d’une dépendance vis-à-vis des terres agricoles qui sont facilement touchées par les inondations ou la sécheresse. Face à la montée, inéluctable, du niveau de la mer, le delta du Mékong est l’une des trois zones du monde qui compteront le plus grand nombre de déplacés. Un million de personnes risquent en effet d’y avoir perdu leur logement en 2050.

Certes, les enfants n’ont pas provoqué le changement climatique. Mais ils en sont les premières victimes, au Vietnam comme partout. Les impacts peuvent être directs, à cause d’une tempête, d’une tornade, d’un changement brusque de températures, mais aussi indirects, par exemple lorsqu’une intempérie entraîne une fermeture provisoire d’écoles ou une pénurie alimentaire… Autrement dit, les droits des enfants pourraient être compromis sur plusieurs plans, y compris la santé, la vie, l’accès à l’éducation, aux soins médicaux, l’économie familiale…

Les enfants au cœur de la politique nationale
d’adaptation au changement climatique


Le Vietnam a placé les enfants au cœur de sa politique nationale d’adaptation au changement climatique, a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères Hà Kim Ngoc, chef de la délégation vietnamienne à la réunion du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.

Que ce soit dans le cadre de cette politique ou dans celui de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat et du Programme de développement durable de l’ONU jusqu’en 2030, le Vietnam accorde une grande importance à la garantie des droits des enfants.

Le pays collabore étroitement avec l’UNICEF et d’autres partenaires dans l’élaboration d’une stratégie de réduction des catastrophes, centrée notamment sur les enfants. Il renforce la communication, encourageant les enfants à participer aux efforts communs de lutte contre le changement climatique et les intempéries. L’école, la famille et toute la société sont mobilisées de façon à apporter aux enfants des connaissances de base sur l’environnement ainsi que les savoir-faire nécessaires pour limiter autant que possible les impacts des intempéries.

Lorsqu’il était encore membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, période 2014-2016, le Vietnam avait déjà proposé des mesures visant à réduire les impacts du changement climatique sur les enfants. Cela reste sa priorité aujourd’hui, alors que le pays fait face à de sérieuses menaces dues aux caprices du temps.

VOV/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les 55 ans d'un Département de français

Ouverture du programme Le Comité populaire de la province centrale de Quang Binh a inauguré le 25 mars dans la capitale le programme "Quang Binh dans le cœur de Hanoï"