04/11/2016 18:07
Un colloque sur l’emploi efficace des ressources en eau du Mékong et les politiques proposées pour le Vietnam a eu lieu le 4 novembre à Hanoï.
>>WEF-Mékong : le PM vietnamien appelle à accélérer la connexion économique
>>Hydraulique fluviale : risques d’insécurité dans le delta du Mékong
>>Bientôt le forum Mekong Connect - CEO Forum 2016 à Cân Tho

Le Mékong est le 12e fleuve du monde et le septième d'Asie. Photo : VNA:CVN

L’événement était co-organisé par le Centre de l’homme et de la nature (PanNature), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et le Centre de recherches Stimson.

Trinh Lê Nguyên, directeur de PanNature, a estimé que le Vietnam, qui est à l'aval du Mékong, souffrira les plus grands impacts de l’emploi, dans n’importe but, des ressources en eau des pays situés en amont, que ce soit pour l’hydroélectricité, l’irrigation ou le drainage d'eau pour l'agriculture.

«Dans le contexte actuel où le Laos vient de lancer de premiers projets hydroélectriques, et que la Thaïlande et le Cambodge préparent de grands projets de transfert d’eau de ce fleuve, il n’est pas trop tard pour évaluer les opportunités de réforme des politiques en vue d’élaborer un plan régional commun visant à réduire les impacts sur l’homme et sur l’écosystème, tout en assurant les besoins de développement de toutes les parties», a-t-il proposé.

L’importance de la coopération 

Jake Brunner, représentant de l’UICN, a souligné l’importance de la coopération entre les pays du bassin du Mékong pour assurer les intérêts des parties concernées, en soulignant l'importance du développement de l’hydroélectricité.

Selon l’expert Nguyên Nhân Quang, les organes compétents dans les mécanismes de coopération au sein du Mékong, dont la Commission du Mékong et le Comité national du Mékong, devraient s'informer et exiger des pays membres de respecter les règles de l’accord sur le Mékong. En outre, ces organes devraient aider les habitants et les organisations sociales à accéder aux informations en ce domaine.

Le Vietnam doit prendre des mesures adéquates pour employer efficacement les ressources en eau du Mékong, comme le changement de la structure des cultures, la régulation du niveau d’eau dans les réservoirs du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), ce afin d'assurer un courant suffisant dans le delta du Mékong.

Il devrait en outre renforcer les mécanismes de coopération actuels, la coordination entre les organisations et d’autres organes compétents comme l'Initiative du bas-Mékong (LMI) et l’ASEAN, ou encore promouvoir la création d’autres mécanismes de promotion de la coopération régionale.

Le Mékong est le 12e fleuve du monde et le septième d'Asie. Ce fleuve mythique prend sa source en Chine, traverse le Laos, lui servant de frontières avec le Myanmar et la Thaïlande, avant de poursuivre son cours au Cambodge, puis de former un delta dans le Sud du Vietnam. Selon la Commission régionale du Mékong (MRC), plus de 60 millions de Lao, Thaïlandais, Cambodgiens et Vietnamiens dépendent du fleuve pour leur alimentation, leur transport et leurs activités économiques.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.