24/12/2016 08:43
Récemment devant la presse, Luu Quang Khanh, chef du Département de l’économie extérieure du ministère du Plan et de l’Investissement, a affirmé que le gouvernement sera plus sélectif concernant les projets financés par des aides publiques au développement (APD).
>>L’Australie accorde 506 millions de dollars d'APD au delta du Mékong
>>Le Japon maintiendra des APD au Vietnam

Ces dernières années, le décaissement des APD est resté lent par rapport aux délais prévus. Quelles en sont les causes ?

En fait, le gouvernement, les ministères, et les villes et provinces ont pris beaucoup de soin à accélérer le décaissement des ADP. Et la situation s’est améliorée. Bon nombre d’ouvrages importants, de niveau national, ont été mis en œuvre, comme l’aérogare T2 de l’aéroport international de Nôi Bài ou l’autoroute Hanoï - Lào Cai. Nous constatons néanmoins des projets dont la mise en œuvre ralentit. Selon nos statistiques, au 1er semestre de l’année, le taux de décaissement des APD était de 4% inférieur à celui de la même période de 2015.

Deux causes principales ont été identifiées : la suspension provisoire des projets pour des modifications supplémentaires, et les retards dans l’expropriation et la libération des terrains. C’est en particulier le cas pour les projets d’ouvrages de communication ou de développement urbain dans les grandes agglomérations. En effet, les expropriations ont pris plus de temps que prévu. Je peux y ajouter deux autres raisons. Le gouvernement rencontre des difficultés à mobiliser les fonds de contrepartie, et les méthodes de travail des comités de gestion publique des projets ne parviennent pas à respecter les délais dans la réalisation des projets.

Comment évaluez-vous la gestion et l’utilisation actuelles des APD au niveau local ?

Si, auparavant, tous les projets d’APD étaient gérés par les ministères et les organismes de ressort central, ces dernières années, le gouvernement a décidé de confier plusieurs projets importants aux villes et provinces. J’ai observé que beaucoup de celles-ci ont élaboré leurs propres modèles d’utilisation d’emploi et de gestion des APD, et ce, de manière très professionnelle, notamment en créant un comité de gestion ad hoc en charge de ces projets.

Bien sur, les inconvénients existent. Comme vous le savez, la réalisation d’un projet financé de cette manière implique une étroite collaboration entre plusieurs acteurs : bailleurs de fonds, investisseurs, autorités locales, ou encore organismes publics. La réalité montre que dans plusieurs villes et provinces, cette collaboration n’est pas assez bonne, entraînant des retards de mise en œuvre. En outre, certaines villes et provinces ne respectent pas encore les engagements pris avec les bailleurs de fonds en termes d’apport des fonds de contrepartie, en raison d’un budget local limité.

Le chantier de la ligne ferroviaire urbaine de Hanoï, tronçon Cat Linh-Hà Dông, a bénéficié d’APD chinoises. Photo : Danh Lam/VNA/CVN

Dans les années à venir, y aura-t-il des nouveautés dans les mécanismes de mobilisation et d’emploi de ces fonds ?

Les modalités de mobilisation et l’emploi des APD et des prêts préférentiels des bailleurs de fonds étrangers ont été précisées dans le Programme des APD pour la période 2016-2020 approuvé par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc en début d’année et par le récent arrêté N°16 du gouvernement. Il y a quelques nouveautés à mentionner.

Les APD non remboursables sont réservées prioritairement aux programmes et projets concernant la création ou le développement d’institutions, le renforcement des compétences humaines, l’amélioration de la vie sociale et culturelle, et de l’environnement de la population, notamment pour les démunis en zone montagneuse ou rurales pauvres et les ethnies minoritaires, ainsi que le développement des systèmes de santé et d’éducation.

Les APD sous forme de crédits à taux d’intérêt préférentiel reviennent désormais aux seuls projets ayant de fortes capacités de remboursement, par exemple, de métropolitain, de tramway, d’autoroutes, de centrales électriques.


Nécessité d’accélérer le décaissement des APD

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh a souligné la nécessité d’accélérer le décaissement des APD, lors d’une conférence organisée à Hanoi le 18 octobre. Accélérer le décaissement des APD et des prêts concessionnels reste une tâche énorme pour les mois restants de l’année dans le contexte de l’augmentation des dettes publiques et des ressources limitées. Le chef du Comité national de pilotage pour les APD et les prêts concessionnels a souligné la nécessité de débourser plus de 22 milliards de dollars d’APD et de prêts préférentiels consentis pour la période 2017-2020. Le dirigeant a expliqué que la lenteur de la mise en œuvre et du décaissement pourrait entraîner des coûts plus élevés. Il a exhorté les ministères, les organismes et localités à préparer les projets et à honorer leurs engagements en matière d’indemnisation, de ressources humaines, de fonds de contrepartie et de dégagement de terrains, sachant que ce dernier est un gros problème pour les projets d’infrastructure. Avec l’attention sur l’utilisation des APD et des prêts concessionnels, le gouvernement vietnamien a pris des mesures pour accélérer le décaissement et augmenter l’efficacité des capitaux, a-t-il indiqué.  Depuis le début de l’année, le Vietnam a signé 35 conventions totalisant 4,9 milliards de dollars d’APD et de prêts concessionnels, soit une hausse de 1,8 fois en glissement annuel. Seulement 2,68 milliards de dollars ont été dépensés, soit 81,4% du montant décaissé au cours des neuf premiers mois de 2015.
 

Thuy Hiên - Linh Thao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Hai Phong, la ville des flamboyants Hai Phong est une ville portuaire du Nord et la troisième agglomération du pays après Hô Chi Minh-Ville et Hanoï. Depuis longtemps, elle est surnommée la «Ville des flamboyants».