16/11/2016 20:46
À Hô Chi Minh-Ville, l’Association de l’industrie de l’enregistrement sonore du Vietnam (RIAV) et la Compagnie d’électronique Hanet Vietnam (Hanet) viennent de tenir un point presse sur l'exploitation des droits d'auteur dans les établissements de karaoké.
>>Hanoï : les loisirs nocturnes jusqu'à 02h00 à partir du 1er septembre
>>Resserrer la gestion des karaokés et discothèques

Une salle de karaoké diffuse environ 10.000 chansons. 
Photo : Quang Châu/CVN

La RIAV autorise Hanet à négocier pleinement des contrats de droits d’auteur avec les établissements de karaoké utilisant les produits de la RIAV durant les cinq prochaines années, de 2017 à 2021.

Chaque karaoké paie environ 400 millions de dôngs par an

Vo Duc Tho, directeur général de Hanet, a indiqué : «Si chaque salle de karaoké doit payer 2.000 dôngs par chanson et par an selon la réglementation des droits d’auteur en vigueur, chaque appareil diffusant en moyenne 10.000 chansons et chaque établissement possédant 20 salles, son propriétaire devra payer 400 millions de dông chaque année à la RIAV. Ce n’est pas une petite somme pour un établissement de karaoké. Mais le projet de Hanet est conçu pour leur éviter de payer une telle somme. Et, en plus, ces établissements y gagneront».

Toujours selon M. Tho, ce projet a pour but de diffuser de la publicité sur les écrans des salles de karaoké. Le chiffre d'affaires publicitaire sera distribué entre les parties : 35% pour Hanet qui prend en charge les redevances de la RIAV et pour le réinvestissement, 25% pour les titulaires des droits, et 10% pour les établissements de karaoké.

Ainsi, en devenant partenaires de Hanet, les établissements ne devront pas payer 2.000 dông par chanson et par an, et bénéficieront en outre de 10% des recettes publicitaires.

Pour les parties prenantes à ce projet, Hanet a créé des infrastructures techniques et des logiciels qui enregistrent les données, notamment le nombre de marques publicitaires et de chansons diffusées, celui d’établissements de karaoké, etc.

Vo Duc Tho a également ajouté : «Si une nouvelle chanson a du succès, le système de karaoké de Hanet sera immédiatement mis à jour après seulement un ou deux jours de service, au lieu d'un mois comme actuellement. En outre, sur la base des statistiques établies par Hanet, les marques pourront choisir les produits publicitaires selon les goûts de chaque région».

Une nouvelle solution pour lutter contre la piraterie

Selon les statistiques de Hanet, aujourd’hui, ses produits sont installés dans environ 20.000 salles de karaoké dans l’ensemble du pays, ce qui représente 30% du marché. Ainsi, si le projet est lancé, à travers la distribution de ses produits et les contrôles effectués, Hanet devrait reverser des milliards de dôngs par an à la RIAV qui est titulaire du monopole de perception des redevances de musique, ainsi qu’au budget public.

Cependant, beaucoup de fabricants d’équipements musicaux ont critiqué le fait que la RIAV ait confié l’exploitation des droits d'auteur à Hanet, car cela pourrait entraîner une évidente distortion de la concurrence.

Même si les avantages sont d’abord pour divers acteurs, les compositeurs seront très satisfaits car ils bénéficieront de revenus plus stables. On sait qu’actuellement, les pertes sont assez alarmantes parce que les unités de gestion de la propriété intellectuelle ne disposent pas toujours de suffisamment de personnel pour effectuer des contrôles et sanctionner les contrefaçons.

Ce projet promeut la créativité artistique tout en favorisant le développement d’un marché de la musique au Vietnam.
 
Quang Châu - Minh Thu/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

L'InterContinental Danang reconnu L'InterContinental Danang Sun Peninsula Resort a dépassé de grands noms du secteur pour gagner le prix prestigieux de "Meilleur resort de luxe du monde" (World's Leading Luxury Resort 2016), lors de la cérémonie de remise des "World Travel Awards - WTA" organisée le 2 décembre aux Maldives.