26/12/2016 09:13
Le pape François a appelé dimanche le 25 décembre à la fin de la guerre en Syrie et à une "nouvelle page de l'Histoire" israélo-palestinienne, lors de son traditionnel message de Noël "Urbi et orbi", marqué aussi par les attentats jihadistes en Europe.
>>Le Père Noël a commencé sa tournée mondiale
>>À Noël, le pape François pense aux enfants qui souffrent

Le pape François salue depuis son balcon de la place St Pierre à Rome lors de son traditionnel message "Urbi et orbi", prononcé le 25 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Il est temps que les armes se taisent définitivement et que la communauté internationale s’emploie activement pour qu’on arrive à une solution négociée" en Syrie, a déclaré au Vatican le chef spirituel de 1,2 milliard de catholiques.

La communauté catholique d'Alep a célébré la première messe depuis cinq ans dans la cathédrale maronite Saint-Elie, dans la Vieille ville. "On a tous nos souvenirs ici, on y a célébré nos fêtes et nos joies. On veut transformer les décombres en quelque chose de beau", explique un membre de ce groupe, Bachir Badaoui.

Devant quelque 40.000 fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre de Rome, le pape argentin, 80 ans, a aussi lors de son message "Urbi et orbi" ("à la ville et au monde") espéré "la paix" en Terre Sainte. "Qu’Israéliens et Palestiniens aient le courage et la détermination d’écrire une nouvelle page de l’Histoire, où haine et vengeance cèdent la place à la volonté de construire ensemble un avenir de compréhension réciproque et d’harmonie", a-t-il demandé.

Appel à la concorde

Vendredi le 23 décembre, l'abstention des États-Unis lors d'un vote au Conseil de sécurité a permis l'adoption de la première résolution de l'ONU depuis 1979 condamnant Israël pour sa politique de colonisation. "Décision biaisée et honteuse", a réagi samedi 24 décembre le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu, en s'en prenant particulièrement au président Barack Obama alors que les Palestiniens se félicitaient de la décision de l'ONU.

À Bethléem, 2.500 fidèles palestiniens et étrangers ont rempli pour la messe de minuit à la basilique de la Nativité, bâtie sur la grotte où les chrétiens pensent que le Christ serait né. À Nazareth dans le Nord d'Israël, ville où le Christ aurait passé son enfance, plus de 25.000 personnes ont participé de leur côté aux célébrations de Noël.

Le pape François célèbre l'homélie de Noël à la Basilique Saint-Pierre au Vatican, le 24 décembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Sud-Soudan, République démocratique du Congo, Ukraine, Corée, Venezuela... Le souverain pontife a passé en revue l'instabilité dans le monde, appelant notamment à une "concorde retrouvée" en Irak, en Libye et au Yémen, "où les populations pâtissent de la guerre et d’atroces actions terroristes". "Paix aux hommes et aux femmes des différentes régions de l’Afrique, particulièrement au Nigéria, où le terrorisme fondamentaliste exploite aussi les enfants pour perpétrer horreur et mort", a aussi dénoncé le pontife argentin.

"Paix à qui a perdu un être cher à cause d’actes atroces de terrorisme, qui ont semé peur et mort au coeur de tant de pays et de villes", a ajouté le pape aux fidèles sur la place Saint-Pierre où la sécurité a été renforcée, après l'attentat de Berlin du 19 décembre revendiqué par le groupe État islamique (12 morts).

À Milan, où l'auteur présumé de l'attaque, le Tunisien Anis Amri abattu le 23 décembre, la police a intensifié les contrôles d'identité durant les fêtes, notamment autour de la cathédrale et de son marché de Noël protégés par des plots en béton.

En Allemagne, le marché de Noël de Breitscheidplatz à Berlin, au pied de l’Église du Souvenir où a eu lieu l'attaque, doit rester ouvert comme prévu jusqu’au 1er janvier et le traditionnel office religieux destiné aux forains du 31 décembre est maintenu, a affirmé un responsable cité par des médias.

Le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a jugé "géniale" la réaction des Allemands, affirmant au tabloïd Bild être impressionné "par le fait que les Allemands demeurent inébranlables".

Même si "Noël porte cette année une blessure profonde", a résumé l'évêque catholique de Rotenbourg (Sud-Ouest), Gebhard Fürst.

En Grande-Bretagne, aucune mesure particulière n'a été prise autour des églises pour le culte auquel la reine, victime d'un "gros rhume", n'a pu assister.

La France, plusieurs fois touchée en 2016 par des attentats jihadistes, avait déployé de son côté 91.000 personnels des forces de l'ordre pour assurer la sécurité des festivités.

Dimanche le 25 décembre vers midi au cœur de Paris, une foule de touristes se pressaient aux contrôles de sécurité pour accéder à l'esplanade, ceinturée de barrières métalliques, devant la cathédrale Notre-Dame.

"Malgré l'attentat de Berlin et ce qui s'est passé France ces derniers mois, nous nous sentons en sécurité. Il y a la police partout et même des soldats sur les Champs-Élysées. Pas de crainte", ont assuré Andy et Jane Smith, un couple de Birmingham, en visite à Paris pour trois jours.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gastronomie marocaine, au royaume des senteurs et des couleurs

Cà Mau cherche à attirer des investissements dans le tourisme La province de Cà Mau (extrême-Sud) appelle à investir dans deux projets touristiques d’une valeur de 52,7 millions de dollars dans la zone de Dât Mui, district de Ngoc Hiên, et le long de la rivière Trem, dans le district de Thoi Binh.