07/05/2017 08:27
Située dans la zone des vestiges de Hoa Lu, ancienne capitale du pays, province de Ninh Binh (Nord), Nhât Tru est une pagode datant du Xe siècle qui conserve de nombreux objets anciens.
>>Mui Né, le paradis pour les amateurs d'aventure
>>Le Parc national de Xuân Son, un site d’écotourisme à Phu Tho
>>Cao Son, «Sa Pa de Thanh Hoa»

La porte à trois entrées de la pagode.

Construite en 995, la pagode de Nhât Tru («pilier unique») se trouve dans la commune de Truong Yên, district de Hoa Lu, province de Ninh Binh, à 100 km au sud de Hanoï. Elle est située dans la zone des vestiges de Hoa Lu, la première capitale de l’État féodal centralisé et absolu du Vietnam de 968 jusqu’à ce que le roi Lý Thái Tô, fondateur de la dynastie des Lý, la transféra à Thang Long (actuel Hanoï) en 1010. Nhât Tru fut, au Xe siècle, un lieu de culte et de réunion pour les bonzes comme Pháp Thuân, Khuông Viêt et Van Hanh.

La pagode fut nommée «Nhât Tru» parce qu’elle abrite une colonne octogonale de pierre de 3 m de haut, où sont gravés des sutras et les mots «Empereur Thang Binh», c’est-à-dire le roi Lê Hoàn ou Lê Dai Hành (qui est né en 941 et régna de 980 jusqu’à sa mort en 1005). Malgré les vicissitudes de l’histoire, cet admirable pilier est toujours debout. Reconnu comme trésor national, il fait l’objet d’un dossier élaboré par les chercheurs vietnamiens qui sera remis à l’UNESCO en vue d’une reconnaissance en tant que patrimoine documentaire mondial.

Témoignage vivant de la sculpture sur pierre

La colonne de sutras de la pagode de Nhât Tru est un témoignage vivant de la sculpture sur pierre du Vietnam. Elle est l’une des pagodes typiques de cet art. Ici, il y a plusieurs statues de Bouddha et des stèles en pierre.

La colonne octogonale de sutras qui a donné son nom à la pagode.
En 973, le roi Dinh Liên, fils du roi Dinh Tiên Hoàng (924-979), fit ériger à Hoa Lu 100 colonnes de pierre pour y graver des passages du Dharma (loi bouddhique). Après le règne des Dinh, le roi Lê Hoàn fit construire cette colonne de sutras dans la pagode de Nhât Tru. Depuis, le peuple vietnamien a pris l’habitude d’installer des colonnes de sutras devant les sanctuaires bouddhiques.

Lors de la résistance contre les colonialistes français, la pagode de Nhât Tru fut le lieu de refuge de combattants. On y entreposa aussi des documents, des armes, des munitions. Elle fut également le siège administratif du Comité populaire de la commune de Gia Tuong (ancien nom de l’actuelle commune de Truong Yên), un dépôt de vivres, ainsi qu’un lieu de réunion pendant la résistance contre les impérialistes américains.

Nhât Tru couvre une superficie d’environ 3.000 m². Après sa restauration, la pagode a retrouvé son espace artistique originelle avec l’architecture en bois. Elle reflète le style de la dynastie des Nguyên (1802-1945), en particulier ses bas-reliefs.

Dans la pagode, outre les statues de Bouddha comme A Di Ðà, les trois existences de Bouddha, il y a aussi des statues de la Sainte-Mère, de Monseigneur... Mille ans après, la colonne de sutras est encore intacte. Son sommet a la forme d’une fleur de lotus qui éclot. Son socle est rond, et son corps a une forme octogonale dont les huit faces sont gravées de sutras.

La pagode de Nhât Tru est située à côté de la maison communale de Yên Thanh, près du temple du roi Lê Dai Hành. Sa valeur se reflète dans les sentences parallèles :  «Le beau paysage aquatique de la capitale royale de Tràng An - La beauté spirituelle célèbre de la pagode sacrée de Nhât Tru».

Lieu d’organisation d’activités spirituelles

Chaque année, le 15e jour du 1er mois lunaire a lieu une cérémonie de culte, souvent en bateau, afin de prier pour un pays en paix et prospère. Le 8e jour du 4e mois lunaire, une cérémonie propitiatoire est organisée dans la pagode pour bénéficier d’une météo clémente et d’abondantes récoltes.

Aujourd'hui, la pagode est le théâtre de nombreuses activités culturelles et spirituelles de la population locale et de visiteurs, ainsi que des fêtes traditionnelles de la localité. Elle a été reconnue patrimoine culturel national, statut qui assure sa protection.

Ces dernières années, la pagode a été restaurée pour les futures générations. Le Comité de gestion de la zone des vestiges historiques et culturels de l’ancienne capitale Hoa Lu, en coopération avec les autorités locales et celui de la pagode, a mis en œuvre un plan d’aménagement de l’ensemble de la superficie de la pagode, dont la reconstruction des murs et des cours, et la plantation d’arbres.

Si vous avez l’occasion de voyager à Ninh Binh, visitez la pagode de Nhât Tru ! Outre la contemplation de la beauté de l’architecture de l’édifice religieux, les touristes peuvent découvrir des objets anciens. Nhât Tru est assurément un lieu à découvrir.

Texte et photos : Mai Huong - Minh Duc/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam