03/05/2017 16:25
Neuf soldats maliens ont été tués mardi 2 mai et cinq blessés dans une attaque dans la région de Ségou, au Centre du Mali, a annoncé le gouvernement malien, parlant d'un "bilan provisoire" et réaffirmant sa détermination à lutter "contre le terrorisme".

>>Au moins dix morts dans des violences intercommunautaires au Mali
 

Des soldats maliens à Gao, le 23 février.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Une mission de ravitaillement des forces armées nationales est tombée dans une embuscade entre Dogofri et Nampala. Le bilan provisoire est de neuf morts et cinq blessés", a affirmé le ministre du Commerce et porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, dans un communiqué diffusé mardi soir 2 mai.

Il a condamné un "acte lâche et barbare" et rappelé "que son engagement, ainsi que celui de ses partenaires, est de poursuivre sans relâche la lutte implacable contre le terrorisme et le narcotrafic" au Mali.

Auparavant, une source militaire malienne jointe sur le terrain par l'AFP avait parlé de huit militaires tués et quatre blessés dans cette attaque, "menée par des terroristes".

Une source de sécurité malienne avait de son côté parlé de huit morts et d'un nombre indéterminé de blessés parmi les soldats maliens, en précisant que l'assaut a été précédé d'une embuscade. "Un véhicule de tête de l'armée malienne a sauté sur une mine et les terroristes ont ensuite immédiatement ouvert le feu", avait-elle expliqué à l'AFP.

Des habitants de Niono, au sud de Nampala, ont indiqué à l'AFP avoir vu passer dans leur ville des renforts en direction de la zone. Ville-garnison proche de la frontière mauritanienne, Nampala a été visée par plusieurs attaques jihadistes meurtrières. Une des pires étant celle qui, le 19 juillet 2016, a fait 17 morts, 37 blessés et six disparus parmi les soldats, selon un bilan officiel. Le sort des disparus reste inconnu.

L'attaque de mardi 2 mai survient après l'annonce par l'armée française d'une opération menée le week-end dernier par sa force Barkhane au sud-ouest de Gao, la plus grande ville du Nord malien. Barkhane a annoncé avoir tué ou capturé une vingtaine de jihadistes lors de cette opération, qui s'est déroulée samedi 29 avril et dimanche 30 avril dans la forêt de Foulsaré, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. La forêt de Foulsaré est considérée, selon des experts, comme un refuge de groupes terroristes armés.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Hai Phong, la ville des flamboyants Hai Phong est une ville portuaire du Nord et la troisième agglomération du pays après Hô Chi Minh-Ville et Hanoï. Depuis longtemps, elle est surnommée la «Ville des flamboyants».