15/02/2017 21:26
La chancelière allemande Angela Merkel a insisté mardi 14 février devant son homologue tunisien Youssef Chahed sur le fait que les expulsions de demandeurs d'asile déboutés en Allemagne puissent être accélérées, un sujet hautement sensible depuis l'attentat de Berlin commis par un migrant tunisien radicalisé.
>>L'Allemagne va accélérer les expulsions de migrants
>>Les dirigeants suédois et allemand critiquent le décret américain anti-immigration

La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, le 14 février à Berlin.
Photo : AFP/VNA/CVN

"L'an dernier, selon mes données, 116 ressortissants tunisiens ont quitté l'Allemagne" après avoir été déboutés de leur demande d'asile, a indiqué la chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse commune à Berlin.

"Ce n'est pas encore assez rapide et nous discutons de comment on peut améliorer ce processus et comment le faire sans difficulté", a-t-elle ajouté. Mais avant même sa rencontre avec Angela Merkel, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed avait rejeté en bloc les demandes de l'Allemagne qui reproche à Tunis de freiner ces expulsions --1.000 à 1.500 dossiers-- en particulier s'agissant de personnes liées à la mouvance salafiste. Berlin adresse le même type de reproches à l'Algérie et au Maroc.

Cas emblématique, la Tunisie est accusée d'avoir bloqué des mois durant en 2016 le rapatriement d'Anis Amri, l'homme qui finira par tuer 12 personnes le 19 décembre en attaquant au camion-bélier pour le compte du groupe État islamique un marché de Noël à Berlin. 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Concours "Expédition francophone 2017"

Promotion du tourisme de Dà Nang lors de l'APEC 2017 Plus de 10.000 délégués internationaux, dont de nombreux hauts dirigeants des 21 économies membres de l’APEC, 1.000 dirigeants d'entreprises internationales, participeront à la Semaine de haut rang de l'APEC 2017 du 5 au 11 novembre dans la ville de Dà Nang (Centre).