08/07/2017 16:18
L'hôpital pour enfants de Great Ormond street à Londres a annoncé vendredi 7 juillet qu'il allait examiner de nouvelles possibilités pour traiter un bébé atteint d'une maladie rare, quelques jours après les interventions du Pape et du président américain Donald Trump.

>>Royaume-Uni : des médecins autorisés à laisser un bébé mourir "dans la dignité"
 

L’hôpital pour enfants de Great Ormond street à Londres a annoncé qu'il allait examiner de nouvelles possibilités pour traiter un bébé atteint d'une maladie rare.
Photo : AFP/VNA/CVN


L'hôpital devait cesser de maintenir en vie le bébé, Charlie Gard, à la suite d'une décision de justice, mais contre l'avis de ses parents. "Deux hôpitaux internationaux et leurs chercheurs nous ont indiqué ces dernières 24 heures qu'ils avaient de nouveaux éléments pour le traitement expérimental qu'ils avaient proposé", a expliqué l'hôpital dans un communiqué.

"Nous estimons, tout comme les parents de Charlie, qu'il est juste d'explorer ces éléments", a ajouté l'établissement.

Une nouvelle audience à la Haute Cour de justice est prévue lundi 10 juillet.

En avril, un tribunal britannique avait estimé que les médecins devaient cesser de maintenir artificiellement en vie Charlie Gard, qui souffre d'une maladie génétique rare et dont le cerveau est fortement endommagé.

Après avoir été porté devant la Cour d'appel puis la Cour suprême au Royaume-Uni, le jugement avait été confirmée en juin par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), tandis que Connie Yates et Chris Gard, les parents de l'enfant, souhaitaient l'emmener aux États-Unis pour le faire soigner.

Quelques jours après la décision de la CEDH, le Pape François et le président américain Donald Trump s'étaient exprimés, sur Twitter, en faveur du maintien en vie du bébé.

"Si nous pouvons aider le petit Charlie Gard, comme le demandent nos amis britanniques et le pape, nous serions ravis de le faire", avait tweeté Donald Trump.

L'hôpital de Great Ormond street souhaite désormais retourner devant les tribunaux, alors que les décisions de justice lui interdisent de transférer le bébé pour suivre une thérapie dans un autre établissement.

Il continue de penser que prolonger le traitement serait "injustifié", au regard des souffrances endurées par l'enfant. Mais il estime nécessaire que la justice se penche à nouveau sur l'affaire en fonction des nouveaux éléments. 


Dans une lettre de l'hôpital italien de Bambino Gesu, publiée sur un site dédié au combat des parents de Charlie Gard, des spécialistes, présentant leurs recherches, recommandaient au Great Ormond street Hospital de "reconsidérer" sa position sur le traitement de l'enfant. 
 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam

Hai Phong, la ville des flamboyants Hai Phong est une ville portuaire du Nord et la troisième agglomération du pays après Hô Chi Minh-Ville et Hanoï. Depuis longtemps, elle est surnommée la «Ville des flamboyants».