03/03/2017 10:42
Fin des régimes spéciaux de retraite, "grande loi" de moralisation de la vie publique, réforme de l'indemnisation chômage... Emmanuel Macron, accusé d'être trop vague dans ses propositions, a abattu jeudi 2 mars ses cartes avec un programme d'inspiration social-libérale bâti entre "liberté" et "protection".
>>Présidentielle française : Macron talonne Le Pen et distance Fillon au 1er tour
>>France : l'accord Hamon-Jadot conclu et approuvé

Emmanuel Macron, président du mouvement En Marche !, lors de la présentation de son programme le 2 mars 2017 à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Désormais favori des sondages pour emporter la présidentielle, le candidat d'En Marche! a présenté un document d'une trentaine de pages lors d'une conférence de presse jeudi matin au pavillon Gabriel, à un jet de pierre de l'Élysée.

"Nous réconcilions dans ce projet la liberté et la protection, c'est depuis le début un fil rouge", a affirmé M. Macron devant une foule de plus de 300 journalistes.

"Je suis le candidat des classes moyennes et des classes populaires", a-t-il également assuré, pour répliquer à Marine Le Pen qui l'accuse d'être le candidat des élites et du "mondialisme".

S'il est élu, l'ancien collaborateur du président de la République a promis de s'engager sur six chantiers : réforme de l’école, "société du travail", modernisation de l’économie, sécurité, stratégie internationale et moralisation de la vie publique.

Le programme reprend des mesures déjà annoncées depuis le début de sa campagne en octobre : réforme de l'assurance-chômage, de la formation continue, du droit du travail, exonération de la taxe d'habitation pour 80% des ménages...

Des chantiers "en profondeur" qui seraient lancés "dans les premiers mois" du quinquennat avec des projets législatifs "confiés au Premier ministre", a-t-il précisé le 2 mars.

Le document présenté par le candidat, qui sera tiré à huit millions d'exemplaires, inclut aussi plusieurs propositions nouvelles. Objectif : casser l'image bâtie par ses détracteurs d'un candidat "vague", qui "n'a pas de programme".

M. Macron a par ailleurs répondu à une autre critique récurrente en assurant qu'il n'était pas un "élément de continuité" du quinquennat de François Hollande, en voulant pour preuves son départ du gouvernement et sa candidature.

Nouveau gros chantier social proposé par le candidat Macron, là où Alain Juppé avait échoué en 1995: la fin des régimes spéciaux de retraite.

En revanche, l'âge de la retraite et le montant des pensions resteraient inchangés, tandis que le minimum retraite et l'allocation des handicapés seraient augmentés de 100 euros par mois.

Comme promis à son nouvel allié François Bayrou, M. Macron propose une "grande loi" de moralisation de la vie publique, qui prévoit notamment de réduire d'un tiers le nombre de parlementaires. Quant à la proportionnelle, il s'est dit "favorable" à une "dose", mais la mesure doit encore être "travaillée".


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.