26/10/2016 10:05
Les forces irakiennes continuaient mardi 25 octobre leur progression vers Mossoul avec le soutien de la coalition internationale, qui a fait le point sur l'opération contre le groupe EI et examiné ses conséquences notamment en Syrie où les préparatifs pour isoler Raqa ont commencé selon Washington.
>>Irak : l'offensive sur Mossoul progresse mais l'EI résiste
>>Les forces irakiennes avancent vers Mossoul malgré l'attaque de Kirkouk

Un soldat des forces irakiennes dans la région de al-Shura, au Sud de Mossoul, le 24 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN

La Turquie, de plus en plus impliquée dans le conflit irakien, a par ailleurs averti qu'elle pourrait lancer une opération terrestre dans le Nord de l'Irak pour éliminer toute "menace" contre ses intérêts.

Huit jours après le début de l'offensive sur Mossoul, les unités d'élite du contre-terrorisme (CTS) irakien continuaient à progresser dans la banlieue est du dernier bastion du groupe État islamique (EI) dans le pays.

"Sur notre front, nous sommes désormais à cinq ou six km de Mossoul", a affirmé le général Abdelghani al-Assadi, le commandant du CTS. "Nous devons maintenant nous coordonner avec les forces des autres fronts pour lancer" un assaut "coordonné" sur Mossoul, a-t-il ajouté depuis la ville de Bartala.

Au Nord-Est, les peshmergas kurdes sont également proches de la ville mais sur le front Sud les forces fédérales ont encore du chemin à parcourir avant d'atteindre sa banlieue.

"Tous les axes ont fait les progrès que nous attendions à ce stade de l'opération, certains sont même en avance sur le calendrier", s'est félicité Brett McGurk, l'émissaire américain auprès de la coalition.

Parallèlement, la situation devrait évoluer à l'ouest de Mossoul, un front jusqu'à présent calme. Les unités paramilitaires chiites de la mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) ont en effet reçu l'ordre de couper l'accès entre Mossoul et la Syrie.

"Notre mission est d'empêcher la fuite (de l'EI) vers la Syrie et d'isoler totalement Mossoul de la Syrie", a expliqué Jawad al-Tulaibawi, porte-parole des milices d'Asaib Ahl al-Haq. "Nous nous attendons à une bataille violente et difficile".

Ces puissantes milices chiites, qui ont joué un rôle clé contre l'EI, veulent également libérer la ville de Tal Afar, à l'ouest de Mossoul, qui était majoritairement peuplée de chiites avant sa conquête par les jihadistes sunnites de l'EI en 2014.

La participation du Hachd al-Chaabi à l'offensive est source de tensions. Les dirigeants irakiens kurdes et arabes sunnites s'y opposent, tout comme Ankara, qui a déployé des soldats à l'est de Mossoul malgré les demandes répétées de Bagdad pour le retrait des troupes turques.

L'ONU a par ailleurs indiqué avoir reçu des informations "préliminaires" sur l'exécution de dizaines de personnes, dont 50 policiers, perpétrées par l'EI depuis le lancement de l'offensive. "Nous craignons beaucoup qu'il ne s'agisse pas des dernières informations sur de tels actes barbares commis par l'EI", a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Festival des lanternes géantes de la République de Corée à Hanoï Des lanternes colorées créées par des artisans de la République de Corée seront présentées pour la première fois lors d'un festival qui débutera le 3 décembre à Hanoï.