23/12/2016 22:09
Ils n'ont souvent pas l'électricité et encore moins de tracteurs, mais les paysans birmans ont maintenant accès à une nouvelle technologie de pointe : l'impression 3D qui permet de concevoir des outils sur mesure.

>>Les prouesses de l’impression 3D exposées à Paris
 

Des fermiers à Nyaung Don, dans la région d'Irrawaddy, en Birmanie, le 2 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN


Cinq décennies de régime militaire et d'isolationnisme ont coupé les fermiers du pays, parmi les plus pauvres d'Asie, de toutes les innovations, mais certains ont décidé de brûler les étapes et de rattraper le temps perdu...

Dans un parc industriel au sud de Rangoun, la plus grande ville birmane, l'entreprise sociale Proximity Designs travaille directement avec les agriculteurs.

"Nous voulons créer des objets qui comblent les paysans", explique Taiei Harimoto, le concepteur des produits, dans son atelier qui déborde de bras robotisés.

L'imprimante, un petit cube noir creux avec une aiguille à l'intérieur relié à un ordinateur, a déjà été utilisé pour concevoir les pièces d'un système d'arrosage automatique et celles d'une pompe solaire.

La création de prototypes en plastique permet à l'équipe de parfaire les plans pour des pièces complexes et de réduire le nombre de ces allers-retours au moment de la création qui coûtent souvent des milliers d'euros.

Une fois la conception perfectionnée, tout est envoyé à des usines à l'étranger pour la fabrication.

"Avant, il aurait fallu des semaines, parfois des mois" pour fabriquer les prototypes de chaque produit, explique la co-fondatrice de l'entreprise, Debbie Aung Din.

 

Pièces pour l'outillage agricole sorties de l'imprimante 3D, près de Yangon.
Photo : AFP/VNA/CVN


Et pour les agriculteurs, les retombées sont immédiates.

Sur sa petite parcelle, à une centaine de kilomètres de Rangoun, Kyaw Win cultive de la feuille de bétel. Son système d'arrosage a été conçu par l'imprimeur 3D, et depuis son installation, il y a deux mois, sa vie a changé.

"L'utilisation de tels outils nous permet de réduire de moitié le temps de travail par jour", estime l'homme de 60 ans auprès de l'AFP, en désignant les larges feuilles que de nombreux Birmans mâchent chaque jour.

Il n'a plus besoin de payer des ouvriers pour arroser les plantes à l'aide de seaux, ce qui mouillaient les feuilles qui étaient ensuite plus facilement affectées par les maladies.

"Nous avons également réduit nos coûts de plus de la moitié", ajoute-t-il.

Déjà soumis aux catastrophes naturelles -cyclone, inondations-, les paysans birmans, qui représentent 80% de la population, sont largement handicapés par le manque d'outil adéquats. Et la 3D est leur porte de secours.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le rituel hầu đồng, une croyance purement vietnamienne

Tourisme : le Vietnam reçoit des prix d’excellence de l’ASEAN Le comité d’organisation du Forum du tourisme de l’ASEAN 2017 (ATF 2017) a remis les prix en tourisme communautaire et homestay à huit prestataires du Vietnam.