16/04/2017 10:22
Au Tây Bac (Nord-Ouest), l’essor du tourisme n’est pas à la hauteur des atouts régionaux. La reconnaissance de cette région comme destination touristique de premier choix tarde à venir malgré tous les potentiels. Constat et solutions.

>>Le Tây Bac cherche à preserver ses patrimoines culturels

La région Tây Bac est réputée pour ses paysages de montagne.
Photo : Trân Truong/CVN

La région Tây Bac est réputée non seulement pour ses paysages de montagne, ses ethnies colorées, ses fêtes et ses marchés mais aussi pour ses nombreux sites liés à l’histoire du pays. Mais de l’avis de plus d’un, les handicaps majeurs au développement touristique de la région sont grands : un réseau routier peu développé, des infrastructures touristiques modernes en quantité insuffisante, le manque de campagnes de promotion sur la richesse culturelle...Pourtant, le tourisme est considéré comme une orientation stratégique pour lutter contre la pauvreté chez les ethnies minoritaires, et à ce titre, il mérite une attention particulière.

Investir davantage dans le secteur

Lors du forum intitulé «Situations et solutions pour attirer les touristes dans la région Tây Bac», organisé récemment à Hanoï par le Comité de pilotage de la région Nord-Ouest, en partenariat avec le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, un délégué a fait savoir : «Si chaque année, de plus en plus de touristes viennent dans le Tây Bac, ils restent en nombre bien inférieur à ce que l’on peut voir dans le delta du fleuve Rouge (Nord) et bien d’autres lieux. En plus, les touristes ne restent dans le Nord-Ouest qu’un ou deux jours. La plupart des provinces du Tây Bac n’ont pas encore investi suffisamment dans le développement touristique afin de créer des produits et services originaux. Et à l’international, les campagnes de promotion sont quasi inexistantes».

Première des priorités pour la plupart des experts : désenclaver la région. Selon le vice-ministre des Communications et des Transports, Nguyên Hông Truong, «des mesures vont être prises pour le développement des infrastructures de communication, notamment avec des investissements directs étrangers».

Un certain nombre de lieux touristiques ont été définis comme prioritaires : plateau calcaire de Dông Van (Hà Giang), chutes d’eau de Ban Giôc (Cao Bang), Mâu Son (Lang Son), lac Ba Bê (Bac Can), Tân Trào (Tuyên Quang), lac Nui Côc (Thai Nguyên), Sa Pa (Lào Cai), lac Thac Bà (Yên Bai), temples des rois Hùng (Phu Tho) et Môc Châu (Son La). Dans la province de Lai Châu, par exemple, les efforts portent sur le développement de zones touristiques véhiculant des valeurs culturelles et historiques fortes que sont le plateau de Sin Hô, les grottes d’Ông Tiên et Tiên Son. Lai Châu coopère aussi avec huit provinces de la région, avec le district de Kim Binh, avec la province chinoise du Yunnan, et des provinces du Sud, notamment Hô Chi Minh-Ville.

 

De plus en plus de touristes choissisent le Tây Bac. Photo : Trân Truong/CVN


Préservation de l’identité culturelle

«Le développement économique et touristique doit être lié à la préservation des us et coutumes traditionnels car l’identité culturelle forte est le moteur du développement durable du tourisme. Si les habitants sont conscients de cela, ils chercheront d’eux-mêmes à maintenir leurs coutumes», a jugé Triêu Tài Vinh, secrétaire du Comité provincial du Parti de Hà Giang.

Actuellement, Hà Giang déploie des mesures de préservation de l’identité culturelle des ethnies et de développement du homestay (séjour chez l’habitant). «Les hôtels de luxe ne sont pas notre priorité. Nous concentrons nos efforts sur le homestay, une formule qu’apprécient les touristes notamment étrangers», a ajouté M.Vinh.

Le Tây Bac comporte 30 ethnies sœurs, chacune avec sa propre identité culturelle. Malheureusement, ces traits culturels se perdent peu à peu. Ainsi, beaucoup de jeunes ne connaissent plus les chansons et danses folkloriques de leur ethnie. De plus, les opérations de relogement des habitants des hameaux touchés par des glissements de terrain participent aussi, involontairement, à cette tombée progressive dans l’oubli. Dans leurs nouvelles résidences, les habitants n’ont plus d’espace commun pour leurs activités culturelles. Les autorités locales doivent prendre politiques convenables afin de préserver et valoriser la culture de manière durable et efficace.

Des fêtes ont été relancées et sont désormais organisées chaque année. De nombreux projets de préservation ou d’étude des «espaces culturels» sont aussi en cours ou en projet. De son côté, l’État soutient aussi financièrement le maintien des costumes traditionnels lors des fêtes.

«D’après moi, le Tây Bac doit créer des conditions pour attirer plus d’investisseurs dans les infrastructures. En particulier, il faut créer un réseau de circulation fluvial et construire de nouveaux ponts et ports», selon le directeur du voyagiste Luxury Travel, Pham Hà.   

                                        
     Thu Huong/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Mois du tourisme d’An Giang 2017 Rencontre avec le chef Martin Yan, festival de course de bœufs, festival de Ba Chua Xu à Châu Dôc… font partie de la série d'événements de la Semaine de la culture gastronomique et touristique d’An Giang, qui s’inscrit dans le cadre du Mois du tourisme d’An Giang.