05/10/2016 01:16
Les nombreux accords de libre-échange (ALE) récemment signés créent de nouvelles opportunités aux différents secteurs économiques et industriels du Vietnam. Le marché immobilier industriel national a le vent en poupe, avec pour effet un afflux des investissements étrangers et une augmentation du loyer pour les entreprises.
>>L'accord de libre-échange Vietnam-UEEA entrera en vigueur le 5 octobre prochain
>>L'ALE Vietnam - Union économique Asie-Europe entrera en vigueur en octobre

Une usine d'acier à Bà Ria-Vung Tàu (Sud).
Photo : Hông Nhung/VNA/CVN

Aujourd’hui, la longue liste des partenaires économiques permet au Vietnam de couvrir une grande partie du monde, depuis la Nouvelle-Zélande jusqu’au Chili, en passant par la Chine, les États-Unis et l’Europe. On peut citer, entre bien d’autres, la Communauté économique de l’ASEAN (CEA), le Partenariat économique global régional (RCEP), l'ALE signé avec l’Union européenne (prévu d’entrer en vigueur en 2018) et celui avec la République de Corée (depuis 2014), l’Accord de partenariat transpacifique (TPP). Et, enfin, l'ALE entre le Vietnam et l’Union économique eurasiatique (UEEA) entrera en vigueur dès le 5 octobre 2016.

La signature de ces nombreux ALE va changer, de manière plus ou moins positive, les activités économiques et commerciales du Vietnam. On prévoit que le TPP devrait permettre, à lui seul, d'augmenter le PIB du Vietnam de 48 milliards de dollars au cours de dix prochaines années. En conséquence, le secteur industriel pourrait également bénéficier de cette embellie. Le rapport du groupe américain de conseil en immobilier d’entreprise CBRE a souligné les points forts du marché immobilier industriel au Vietnam, et que ce dernier serait le grand vainqueur desdits accords internationaux.

Pendant que l’on doit attendre l’entrée en vigueur de ces ALE, la préparation des infrastructures industrielles doit être mise en œuvre dès maintenant. CBRE a précisé que le TPP permettrait de nouvelles vagues d’investissements venant des entreprises américaines et japonaises. Ces dernières vont devoir installer leurs usines et entrepôts, et plus particulièrement les entreprises impliquées dans l’industrie agroalimentaire et le textile.

Vietnam, nouvelle destination
des investisseurs industriels


Les ALE et le TPP permettront principalement de réduire, voire supprimer, de nombreuses douanes entre les pays membres. À titre d’exemples, le Japon prévoit la suppression de 66% des taxes sur les fruits de mer et de 32% sur les produits agricoles ; les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie et l’Australie ont aussi confirmé vouloir supprimer 90% des taxes agricoles dès l’entrée en vigueur du TPP. Ainsi, la demande d’immobilier industriel augmentera, alors que les installations et les infrastructures dans les zones industrielles au Vietnam restent aujourd’hui assez limitées.

CBRE a prévu également que le Sud du Vietnam deviendrait le centre industriel de la région, sachant que pour l’heure, on y trouve déjà des centaines d’usines.

Un coin de la zone industrielle de Phu Bài, dans la province de Thua Thiên-Huê (Centre).
Photo : Quôc Viêt/VNA/CVN

Le salaire compétitif et la géopolitique du Vietnam, placé au centre du trafic maritime transpacifique, sont autant d’arguments qui intéressent les investisseurs étrangers pour venir y installer leurs infrastructures. Certains ont d’ailleurs déjà fait le pas.

Le groupe thaïlandais Amata a dévoilé ses plans d’aménagement au sein du parc industriel de Long Thành (province de Dông Nai, Sud) et le groupe japonais Sumimoto vient de s’engager officiellement dans la construction d’infrastructures à Thang Long III (province de Vinh Phuc, Nord). Récemment, le sud-coréen LG a signé un contrat de bail estimé à 650 milliards de dôngs avec le parc industriel de Tràng Duê. Une autre grande société internationale aurait signé un contrat de centaines de milliards de dôngs à Hàm Kiêm I (province de Bình Thuân, Centre), et d’autres contrats sont en cours de négociation au parc industriel de Bình Minh (province de Vinh Long, Sud).

De nombreuses entreprises vont donc déplacer leurs usines actuelles de Chine, Thaïlande ou d’Inde au Vietnam pour bénéficier de la taxation avantageuse offerte par le TPP. Les pays hors de cet accord, comme la Chine (y compris Taïwan et Hong Kong), vont aussi orienter leurs investissements vers le Vietnam, cherchant à anticiper une intégration au sein du TPP dans un proche avenir.

Le grand vainqueur du TPP sera, peut-être, les gérants des anciennes infrastructures et ports industriels, acquis auparavant à bas prix. Selon Cushman & Wakefield, leader mondial des services dédiés à l’immobilier d’entreprise, le marché immobilier du Vietnam pourrait assister à une hausse des baux industriels. La société Cushman & Wakefied prévoit également la transformation du secteur informatique vietnamien, qui ne possède actuellement pas de parc industriel à la hauteur de son potentiel.

«À long terme, le TPP est très important pour le développement du marché immobilier industriel», explique Nguyên Van Bé, président de l’Association des entreprises des zones industrielles de Hô Chi Minh-Ville. «Nous avons déjà élaboré des plans adéquats afin d’attirer de plus en plus d’investisseurs étrangers à Hô Chi Minh-Ville», conclue-il.

Dang Duong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Diên Biên se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia La province de Diên Biên (Nord) se prépare pour la fête des fleurs de bauhinia qui doit avoir lieu du 11 au 14 mars 2017.