26/10/2016 15:12
Le président français François Hollande reçoit mercredi 26 octobre les syndicats de policiers, dix jours après le début du mouvement de colère hors cadre syndical qui se poursuit avec un rassemblement des protestataires devant l'Assemblée nationale.
>>Grogne des policiers : syndicats et gouvernement tentent de reprendre la main
>>Manifestation nocturne de policiers : rappel à l'ordre des autorités

Le secrétaire général du syndicat de police Alliance, Jean-Claude Delage, répond aux journalistes devant le TGI de Paris, le 25 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le président rencontre à l'Élysée les syndicats de police à 18h00, puis le Conseil national de la fonction militaire de la gendarmerie à 19h30.

De leur côté, les policiers protestataires, qui demandent aussi à être reçus par François Hollande, se sont donné rendez-vous à 14h00 devant l'Assemblée nationale.

Il s'agit du premier rassemblement en journée à Paris, après ceux nocturnes quasi quotidiens depuis celui du 17 octobre sur les Champs-Élysées, qui avait lancé le mouvement, quelques jours après l'agression violente aux cocktails Molotov contre quatre policiers dans l'Essonne. L'un d'eux, grièvement brulé, est toujours hospitalisé.

Ce mouvement, hors cadre syndical, sans leader ni porte-parole désigné mais animé par des collectifs sur les réseaux sociaux ou par SMS, a fait tache d'huile. Outre Paris, des manifestations nocturnes se déroulent chaque soir dans différentes villes, rassemblant quelques dizaines à quelques centaines de personnes, parfois avec des pompiers, des gendarmes, et aussi des infirmières. C'était encore le cas mardi soir 25 octobre à Nancy, Rennes, Brest, Toulouse, ou Béziers (Hérault).

Auprès du chef de l'État, les syndicats devraient réclamer la "révision du cadre juridique d'emploi des armes" et la "mise en place de peines plancher pour les agresseurs de membres des forces de l'ordre et services de secours", créées sous la droite et abrogées sous François Hollande. Ils demandent également "l'alignement de la répression des outrages à personne dépositaire de l'autorité publique sur celle des outrages à magistrats dont les peines sont doubles".

Débordés par la base, les syndicats ont échoué jusque-là à prendre la main sur le mouvement de colère des policiers qui réclament notamment plus d'effectifs et de moyens matériels.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Tourisme : la qualité du personnel progresse Cette année, le Vietnam a enregistré 10 millions de touristes étrangers, soit une hausse de 25% par rapport à l’an dernier. Record absolu. Cela étant dit, la formation du personnel doit encore s’améliorer afin de satisfaire tous cet afflux de voyageurs, même s’il y a du mieux.