31/12/2016 21:53
Pour les bonnes résolutions de l'année et les nouveaux projets, il arrive que papier et crayon suffisent, même à l'ère des tablettes et smartphones. Sur ce marché, l'entreprise italienne Moleskine a su imposer ses carnets, en évoquant l'histoire et en créant une communauté.
>>Au Midem, des artistes en formation accélérée pour s'adapter à l'ère numérique

Dans un marché mondial de la papeterie progressant de 3% à 4% par an, porté par l'augmentation du niveau d'instruction, Moleskine et ses carnets à 20 euros bondissent de 20%.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On peut parler d'un phénomène Moleskine", affirme Alessandro Brun, professeur de gestion des entreprises à l'École polytechnique de Milan.

En sept ans, le groupe a vu son chiffre d'affaires plus que tripler pour atteindre 128 millions d'euros en 2015 avec 17 millions de carnets écoulés à travers le monde.

Moleskine a su s'emparer d'un "objet extrêmement simple" pour en faire un produit haut de gamme véhiculant "un style de vie", souligne Brun, en ajoutant que l'une des clés de son succès était d'avoir fait de ce carnet "un objet historique".

Picasso, Van Gogh, Hemingway... dès le lancement de la marque en 1997, l'éditeur milanais Modo & Modo - qui sera ensuite racheté - affirme redonner vie aux carnets dont ces grands noms étaient, selon lui, friands.

Dans Le chant des Pistes (1987), l'écrivain Bruce Chatwin raconte ainsi avoir acheté tous les "carnets moleskine" qu'il trouvait après avoir appris que la papeterie de Tours qui les fabriquait avait fermé.

Une couverture noire huilée comme une peau de taupe (du mot "moleskin" en anglais), des angles arrondis et un élastique permettant de maintenir le calepin fermé... les Moleskine sont facilement reconnaissables, même si la marque a diversifié les formats, le grammage et les couleurs.

Ses adeptes ? Les "knowledge workers", ces personnes ayant une profession intellectuelle ou liée au savoir, qu'ils soient designers, architectes, ingénieurs ou avocats, explique à l'AFP le patron de Moleskine, Arrigo Berni.

"Notre client ne se distingue pas tant par son niveau de revenus que par son niveau d'instruction", note-t-il.

À l'ère du numérique, le succès d'un simple carnet surprend, mais pour Arrigo Berni, le numérique n'a pas fait disparaître l'importance de l'expérience physique, bien au contraire, en particulier auprès des trentenaires.

"Une expérience complémentaire"

Des carnets Moleskine en vente dans une boutique de Rome, le 20 décembre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon lui, "les consommateurs sont parfois un peu plus fourbes et intelligents que ce que les analystes financiers pensent. Nous ne vivons pas le monde en noir et blanc, dans l'opposition analogique/digital".

Comme le retour du vinyle en pleine explosion de la musique numérique, le carnet offre "une expérience complémentaire" au smartphone ou à l'ordinateur, assure-t-il.

D'après lui, une enquête menée auprès de 4.000 designers du monde entier a ainsi montré que pour la recherche d'idées, 65% préfèrent le carnet et le stylo.

Dans un marché mondial de la papeterie progressant de 3% à 4% par an, porté par l'augmentation du niveau d'instruction, Moleskine et ses carnets à 20 euros bondissent de 20%.

"Cela s'explique par le fait que Moleskine, outre qu'il offre des produits de qualité, vend une marque, comme le fait Apple", et un sentiment d'appartenance, dit-il.

Moleskine s'est diversifié ces dernières années dans les stylos, les accessoires (sacs...) et les... cafés : des lieux avec un espace de travail, d'exposition de créations et de vente des produits. Le premier a vu le jour à l'aéroport de Genève en 2015, le deuxième en juillet dans le centre de Milan.

Le Moleskine café "permet de créer un lien entre le client et la marque", souligne Brun.

Fort de son succès, Moleskine, qui compte 431 employés, vient d'être racheté par le groupe belge D'Ieteren, spécialisé dans l'automobile, qui détient 95% des actions et entend en racheter la totalité d'ici fin janvier puis retirer Moleskine de la Bourse de Milan.

Quid de cette cohabitation inhabituelle? D'Ieteren a "une vision à long terme" et laisse à ses divisions la gestion opérationnelle, se félicite Berni.

Parmi ses priorités, Moleskine, qui vise un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros en 2018, entend étendre son réseau de magasins, pour le porter de 80 à quelque 120 en 2018, et se développer en particulier en Asie.

C'est d'ailleurs en Chine que les carnets sont produits depuis le début, tandis que les sacs le sont en Turquie. La Chine "a une tradition millénaire en terme de papeterie", rappelle Berni, excluant une installation de la production en Italie.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un marché originale à l'hôtel Sofitel Métropole Hanoi

Hausse de 42% du nombre de touristes étrangers au Vietnam en février Près de 1,2 million de touristes étrangers ont visité le Vietnam en février, soit une croissance de plus de 19% par rapport au mois de janvier, et de plus de 42% sur un an, selon le Département général des statistiques.