13/11/2016 08:22
Les chantiers immobiliers se multiplient à Hanoï et en périphérie, entraînant une hausse rapide du nombre d’habitants. Accueillir tous les enfants de ces nouveaux foyers présente dès aujourd’hui un défi de taille pour les écoles et les collectivités.
>>Une «école de la vie» pour des jeunes handicaps
>>Une école maternelle, cadeau du Vietnam offert au Laos
>>Mise en chantier d’un complexe d'éducation à Quang Ninh


La surcharge dans les classes pose un réel problème de suivi éducatif, et dégrade la qualité de l’enseignement. Photo : Thanh Thuong/VNA/CVN

Dans les nouveaux centres urbains de Hanoï, le nombre d’écoles maternelles et primaires publi-ques est loin de répondre aux besoins. Les parents n’ont pas d’autres choix que d’envoyer leurs enfants dans des établissements privés, souvent à grands frais.

C’est par exemple le cas du centre urbain de Linh Dàm, arrondissement de Hoàng Mai, l’un des plus peuplés de la capitale. Mme Lê Hang, domiciliée dans l’immeuble HH3B, a dû s’y résoudre. «Linh Dàm est étendu certes, mais il n’y a que quelques écoles publiques, toutes surchargées. Pas d’autres choix que d’envoyer mon enfant dans le privé», déplore-t-elle.

Duong Thi Liên, domiciliée dans l’immeuble Rice City Linh Dàm, est plus chanceuse. Elle a réussi à placer son enfant dans l’école primaire Hoàng Liêt. Malheureusement, elle est tout aussi surchargée avec une moyenne de 57 élèves par classe.

Situation identique dans les arrondissements de  Nam Tu Liêm, Hà Dông, Hoàng Mai ou Câu Giây. Si les nouveaux centres urbains poussent comme des champignons, on ne peut pas en dire autant des écoles. Le quartier de Dai Kim, arrondissement de Hoàng Mai, comptait en septembre 2016 36.000 habitants contre 34.000 en 2015. Et trois immeubles accueilleront bientôt de nou-veaux habitants. Mais pas de projet de nouvelles écoles pour l’instant.

En deux ans, la population du quartier de Mê Tri, arrondissement de Tu Liêm, a augmenté de 4.000 personnes. «Le quartier compte actuellement cinq nouveaux immeubles avec 4.000 appartements. Dans les temps à venir, trois autres immeubles seront mis en service, ajoutant dès lors 3.000 appartements, a informé le président du Comité populaire, Dào Tang Quynh. Le problème, c’est que les écoles maternelles, primaires et collèges sont surchargés».

En effet, les écoles maternelles doivent accueillir chacune 900 enfants, soit 60 à 65 élèves par classe. Pour les collèges, en raison du manque de salles de classe, les cours ont souvent lieu dans des salles non prévues à cet effet. Pour sa part, Nguyên Thi Thai, présidente adjointe du Comité populaire du quartier de Dai Kim, arrondissement de Hoàng Mai, a informé que «le quartier dispose de deux écoles maternelles, d’une école primaire et d’un collège. Mais la plupart des élèves sont obligés de venir le week-end en raison d’une pénurie de salles de classe».

Trop de projets d’écoles dans les tiroirs

Beaucoup de projets de construction d’écoles accusent des retards.
Photo : CTV/CVN

Une récente enquête du ministère de l’Éducation et de la Formation a montré que la ville compte 252 centres urbains et projets de construction d’immeubles, accompagnés de la mise en chantier de plusieurs établissements scolaires. Cepen-dant, seules 56 écoles ont été effectivement construites, dans 25 centres urbains. En outre, les règlements stipulent un maximum de 35 élèves par classe primaire, mais aucune école des arrondissements intra-muros ou centres urbains n’atteint cet objectif.

Par ailleurs, beaucoup de projets de construction d’écoles accusent des retards. Dans l’arrondissement de Hoàng Mai, si 96 projets d’écoles ont été approuvés, 33 en sont encore au stade des travaux et 46 à l’étape de «libération des terrains».

Un des problèmes reste la lenteur des expropriations, à quoi s’ajoute le manque de fonds de la part des investisseurs ou entreprises privées. Pour résoudre ce problème, les autorités locales ont examiné les projets en retard et demandé à la ville de les confier aux arrondissements pour les accélérer.

Le Comité populaire de l’arrondissement de Câu Giây a fait savoir qu’il a repris un projet  regroupant sous le même toit une école primaire et un collège dans le quartier de  Yên Hoà. Il a aussi demandé à la ville de lui permettre d’investir dans deux autres écoles.   
 
Huong Linh/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.