13/01/2017 01:33
Le 12e mois lunaire, dernier mois avant le Têt traditionnel, est la période où les marchés de fleurs du pays entier s’animent plus que jamais. Les grands marchés floraux en Nam Bô occidental (l’Ouest du Sud) sont notamment les plus dynamiques comme Sa Déc ou Cho Lach. Comme toujours, plus les espèces sont étranges et insolites, plus elles sont recherchées.
>>Les fleurs «oubliées» font leur retour
>>De nombreux évènements pour fêter le Nouvel An lunaire
>>Dà Lat décide de fonder un centre de commerce des fleurs

Fleur de lis.
Photo : Net/CVN

La ville de Sa Déc, province de Dông Thap (Sud), dispose actuellement d’environ 583 ha de terre pour planter des fleurs, soit 380 ha de plus par rapport à l’année dernière. Les fleurs y sont très abondantes et variées avec environ 2.000 espèces au total.

On peut y trouver des fleurs familières comme le chrysanthème d’automne (Chrysanthemum morifolium), le tournesol, le lotus... La plus marquante est certainement la fleur de lis, une espèce très belle mais aussi difficile à soigner dans le climat tropical du Sud. Parmi toutes les régions du Nam Bô occidental, Sa Déc est le seul lieu qui peut les acclimater et vendre. Selon les prévisions, 50.000 lis d’une valeur de 70.000 à 120.000 dôngs par fleur seront vendus.

 Les fleurs insolites recherchées 

Senné, Cassia corymbosa.
Photo : Net/CVN

Outre les espèces ordinaires, les jardins de Sa Déc fournissent aussi des fleurs rares, originales et insolites, surtout celles qui ne poussent pas au Vietnam.

Pendant le Têt précédent, Trân Van Tiêp, un des fleuristes les plus connus de Sa Déc, s’est approprié 4.000 sennés (Cassia corymbosa) d’origine américaine. Grâce à leur beauté exotique, elles ont fait une vraie fureur chez les Vietnamiens. Jusqu'au 22 du 12e mois lunaire, ces 4.000 fleurs se sont toutes écoulées. Leur prix était d’environ 250.000 dôngs la fleur.

Ochna integerrima.
Photo : Net/CVN

Cette année, à côté des sénnés, Tiêp présentera également plusieurs autres fleurs insolites comme la fleur d’abricotier jaune, qui se caractérise par ses cinq pétales ressemblant à celles du lotus (Ochna integerrima). Il prépare environ 3.000 pots dont le prix revient de 50.000 à 500.000 dôngs l’unité.

De plus, environ 1.000 pots de Phaius mishmensis, une espèce d’orchidées terrestres, se sont presque tous vendus malgré leur prix assez élevé s’élevant à quelques millions de dôngs. «J’ai acheté cette plante en Australie. Ses fleurs sont très jolies et disposent d’un parfum pénétrant. Cependant, elles ne fleurissent normalement pas durant la période du Têt. Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé la technique idoine pour les forcer à s’ouvrir juste à  temps», partage Tiêp avec entrain.

Phaius mishmensis.
Photo : Net/CVN

Une autre plante ornementale prévue d’être très demandé est le mandarinier d’agrément. À cause du mauvais temps de ces derniers mois, le nombre de mandariniers est très limité. Il y en a seulement quelques centaines. Ainsi, le prix d’une plante peut s’élever jusqu’à 6 millions de dôngs.

Animaux en sculptures végétales

Les sculptures végétales au district de Cho Lach, province de Bên Tre (Sud).
Photo : thanhnien/CVN

En dehors des sculptures végétales en forme de coqs qui sont les plus favorisées en raison de leur symbolique pour l’année prochaine, celles des dragons, éléphants, dauphins… sont aussi très prisées.

La sculpture végétale a commencé à apparaître à Cho Lach il y a 15 ans et se développe fortement ces dernières années. La commune Hung Khanh Trung B, district de Cho Lach, province de Bên Tre (Sud) regroupe, pour sa part seulement, plus de 50 ateliers de production. À côté du marché domestique, ses produits sont aussi très populaires dans les marchés étrangers comme au Cambodge, en Thaïlande, à Singapour et en Australie, a fait savoir Nguyên Van Hai, vice-président du Comité populaire de ladite commune.

En effet, l’atelier de production des fleurs ornementales de Nam Công à la commune de Hung Khanh Trung B, fait savoir que les besoins de la clientèle nationale sont déjà très élevés, notamment les villes voulant réaménager leur décoration comme Hanoï, Hô Chi Minh, Phu Quôc ou Ha Long… En plus, il reçoit aussi beaucoup d’importantes demandes à l’étranger. À titre d’exemple, la semaine dernière, il a livré à Singapour 7 ensembles de 12 animaux du zodiaque chinois et 2 containers de sculptures végétales en forme d’animaux. Ces frets s’élèvent à plusieurs centaines de millions de dôngs.

Huy Hoàng/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gastronomie marocaine, au royaume des senteurs et des couleurs

Exploitation de sept nouveaux produits et circuits touristiques à Thua Thiên-Huê La province de Thua Thiên-Huê (Centre) a présenté, mardi 25 juillet, sept nouveaux produits et circuits touristiques dans les districts de Phu Vang et Phu Lôc ainsi que dans la cité municipale de Huong Trà.