10/07/2017 16:36
Sur les six premiers mois de 2017, le Vietnam a exporté 165.000 tonnes de noix de cajou, pour une valeur de plus de 1,6 milliard de dollars, soit une hausse de 2,3% en volume et de 27% en valeur par rapport à la même période, selon des données du Département général de la douane.
>>Les exportations de poivre en hausse
>>Des chaînes de production de crevettes sûres au service des exportations

La transformation de la noix de cajou pour l'exportation. 
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Selon l’Association de la noix de cajou du Vietnam (VINACAS), d’ici octobre 2017, le Vietnam devrait importer quelque 500.000 tonnes de noix de cajou supplémentaires au service de la transformation et de l’exportation, ce pour atteindre son objectif d’exporter 360.000 tonnes cette année.

Parmi les importations, celles en provenance d’Afrique sont estimées à 400.000 tonnes, selon Nguyên Duc Thanh, président de la VINACAS. Ces noix de cajou brutes seront transformées au Vietnam puis réexportées pour répondre aux fortes commandes et palier la baisse de la production cette année. Les caprices climatiques, en effet, ont affecté les rendements des planteurs vietnamiens.

Selon Nguyên Quang Huyên, directeur général de la Sarl Hoàng Son, province de Binh Phuoc (Sud), sur les six premiers mois, son entreprise a expédié 4.300 tonnes de noix de cajou transformées vers les États-Unis, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas pour un chiffre d’affaires de 40 millions de dollars, soit une croissance de 10% en volume en glissement annuel.

«Du fait que la demande mondiale croît fortement, les exportations de notre entreprise ces six derniers mois seront bonnes. Et pour satisfaire toutes les commandes, nous avons importé 35.000 tonnes de Côte d’Ivoire», s’enthousiasme M. Huyên.

Des mesures concrètes pour garantir le volume d’exportation

Selon le plan de la VINACAS, d’ici la fin d’année, le Vietnam prendra des mesures pour répondre aux commandes, en particulier celles signées en début d’année. Si les grosses entreprises, qui disposent de stocks et d’une main-d’œuvre suffisante, pourront  garantir les délais,  ce ne sera pas le cas des petites qui dépendent de la production nationale.

Aussi la VINACAS a appelé des entreprises à réduire leurs capacités de production tout en équilibrant les possibilités de commercialisation pour éviter des violations dans les contrats de livraison.

Selon Huê Chi Thai, membre de la VINACAS, expert en techniques de production et transformation, à l’heure actuelle, la demande en  noix de cajou ne cesse de croître. Le Conseil international des noix et  fruits secs (INC) a accordé un contrat de ravitaillement au Vietnam jusqu’au mois d’octobre 2018. Selon M. Thai, cela favorisera la production et les exportations des entreprises vietnamiennes.

«Il est nécessaire que les récoltes soient continues et que des mesures d’adaptation aux aléas climatiques soient appliquées pour échapper à ce cercle vicieux qu’est le manque de matières premières», a appelé M. Thanh.

À savoir que le Vietnam est en tête des pays exportateurs de noix de cajou depuis 11 ans consécutifs. Selon les prévisions de la VINACAS, en 2017, le pays prévoit  d’exporter 360.000 tonnes pour 3,3 milliards de dollars, ce qui lui permettra de conserver, pour la douzième année, son titre de premier exportateur mondial.

Truong Giang/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gastronomie marocaine, au royaume des senteurs et des couleurs