01/04/2017 09:24
Face à la concurrence internationale, impitoyable, Hô Chi Minh-Ville cherche des mesures pertinentes pour donner un nouveau souffle au tourisme, un secteur économique clé de la ville. Focus sur les recommandations des professionnels.

>>Flâner pour se soigner à Chợ Lớn
>>Hô Chi Minh-Ville en fête du tourisme
>>Hô Chi Minh-Ville développe neuf produits touristiques
>>Tourisme : vers plus d’efficacité économique

Cette année, Hô Chi Minh-Ville table sur 6 millions de visiteurs étrangers.
Photo : Dang Huong/CVN

Reconnaissant les résultats encourageants obtenus par le secteur touristique avec une croissance annuelle de 8,2% et une contribution de 9% au PIB municipal, Tât Thành Cang, secrétaire adjoint du Comité municipal du Parti, a néanmoins indiqué des lacunes qui nuisent fortement à l’efficacité économique et à la compétitivité de ce secteur par rapport à d’autres villes de l’Asie du Sud-Est.

«La gestion étatique dans ce secteur ne répond pas aux exigences du développement. Les potentiels touristiques sont mal exploités. La ville manque de produits touristiques spécifiques emblématiques capables de la caractériser», a-t-il précisé lors d’une récente conférence au sujet du développement touristique de la ville d’ici 2020.

Que disent-ils les professionnels ?

En pointant sans détour les manquements de son «industrie sans fumée», les autorités de Hô Chi Minh-Ville sont prêtes à écouter les professionnels - notamment les voyagistes - dans le but de trouver des mesures pertinentes. «Avant toute chose, je pense qu’il faut élaborer une stratégie ou un plan d’aménagement global sur le développement touristique en vue de mobiliser les ressources financières et humaines nécessaires à ce secteur», a proposé Vo Anh Tài, directeur général adjoint de Saigontourist.

Le responsable de la plus grande agence de voyage de la ville a également souligné «la nécessité d’une collaboration étroite» entre les services compétents, les tour-opérateurs, les hôtels et zones de villégiature ainsi que les villages de métier pour des circuits plus originaux - et donc attractifs. «Il faudrait simplifier davantage les formalités administratives. Cela nous permettrait de persuader facilement les touristes de choisir le Vietnam et notamment Hô Chi Minh-Ville comme destination de voyage plutôt que de se tourner vers d’autres pays», a suggéré Scott Hodgetts, directeur général de l’hôtel Sheraton Saigon. 

Les agences de voyage se plaignent aussi des embouteillages qui découragent beaucoup de touristes. «Comment satisfaire les clients si à chaque déplacement entre l’aéroport et le lieu d’hébergement intra-muros, il faut compter au moins trois heures de transport ?», s’est interrogé un représentant de Viet Sun Travel.   

Des touristes étrangers font des achats au marché de Bên Thành à Hô Chi Minh-Ville. Photo : Dang Huong/CVN

La compétitivité dans le viseur

Abordant la question de la compétitivité du tourisme de la ville, Phan Xuân Anh, président du conseil d’administration du voyagiste Du ngoan Viêt (Voyages au Vietnam), a constaté que des villes vietnamiennes comme Dà Nang, Nha Trang ou encore Phu Quôc concurrencent de plus en plus Hô Chi Minh-Ville au niveau des circuits domestiques.

Pour les circuits régionaux et internationaux, la ville doit être capable de faire jeu égal avec Taïwan (Chine), Singapour et d’autres cités thaïlandaises, cambodgiennes ou indonésiennes. Nguyên Quôc Ky, directeur général de Viettravel, a évoqué la liste des dix villes d’Asie du Sud-Est les plus attractives en 2016 pour les touristes étrangers et s’est interrogé : «Est-ce qu’en 2020 Hô Chi Minh-Ville sera nommée ?».

Question pertinente dans la mesure où Hô Chi Minh-Ville, avec 5,2 millions de touristes étrangers, est encore aux abonnés absents de cette liste établie chaque année qui recense pour sa dernière édition trois villes thaïlandaises. Et voir la ville cambodgienne de Siem Riep à la 13e place malgré ses 6,1 millions de touristes étrangers ne doit pas être un motif de relativisation. «La ville doit adopter des politiques particulières en vue d’être plus compétitive», a-t-il affirmé. Concrètement, cela consiste à créer des zones de loisirs nocturnes «non-stop» au service des touristes étrangers proposant spectacles, arts de la rue, gastronomie.

En réponse aux voyagistes, Dinh La Thang, secrétaire du Comité municipal du Parti, s’est engagé à ce que, dans l’immédiat, la ville «crée des conditions favorables au développement touristique» avec notamment la mise en place d’une coopération digne de ce nom entre les agences de voyage et les centres commerciaux pour assurer une bonne connexion dans l’organisation des circuits.

Et de conclure sur ces mots : «Le développement touristique n’est pas une mission qui incombe seulement au Service municipal du tourisme, c’est toute la ville qui doit être mobilisée ! L’objectif est de faire du tourisme un secteur économique de pointe et de Hô Chi Minh-Ville une destination sûre, attractive et hospitalière».


Statistiques en 2016
(Source : Service du tourisme de Hô Chi Minh-Ville)

Nombre de touristes étrangers 5,2 millions (+10% sur un an)
Les plus nombreux sont les ressortissants chinois, sud-coréens,
américains et japonais

Nombre de touristes domestiques 21,8 millions (+10%)

Chiffre d’affaires 103.000 milliards de dôngs (+9%)

Nombre d’agences de voyages 1.314

Nombre de guides touristiques 5.013

Nombre d’hébergements 2.186 (dont 20 hôtels cinq étoiles,  
19 quatre étoiles et 79 trois étoiles)
 

Linh Thao/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Maroc - Vietnam : Une longue amitié pas prête de s'éteindre

Hô Chi Minh-Ville, l’une des plus belles villes d’Asie Selon le magazine Condé Nast Traveler, plus de 10 villes en Asie, dont Hô Chi Minh-Ville classée 7e, ont dépassé des destinations célèbres comme New York, Londres et Paris pour entrer dans la liste des plus beaux endroits du monde.