26/10/2016 21:42
Le Théâtre du chèo (chant populaire ) du Vietnam a soufflé, le 26 octobre à Hanoï, ses 65 bougies. À cette occasion, il s’est vu remettre l’Ordre du Travail de 2e classe pour ses contributions remarquables à la promotion de l’art scénique traditionnel du chèo, ainis qu’à l’étude d’une nouvelle voie de développement du chèo en cette période «de modernité».
>>Mariage mélodieux entre le piano et le chèo
>>Le chèo, un chant qui n’a pas dit son dernier mot

Cérémonie de célébration du 65e anniversaire de la fondation du Théâtre du chant populaire du Vietnam, le 26 octobre à Hanoï.
Photo : Thanh Tuê/CVN

Étant issu du groupe de chèo de l’Association des chanteur et des danseurs populaires, le Théâtre du chant populaire chèo du Vietnam a été fondé en 1951, dans le maquis du Viêt Bac. Après rétablissement de la paix en 1954, ce groupe est devenu Troupe centrale du chèo, puis le Théâtre central du chèo, puis Théâtre du chèo du Vietnam.

Lors de ces 65 dernières années, le Théâtre du chèo du Vietnam s’est efforcé de préserver les anciens chefs-d’œuvre, tout en étudiant une nouvelle voie de développement du chèo pour les temps à venir.

Le chant populaire présent à l’étranger

«Plus de 150 airs de chèo ont été préservés - enregistrement d’une interprétation et transcription - avant d’être diffusés auprès de toutes les troupes de chèo, professionnelles ou non», indique l’"Artiste Émérite" Thanh Ngoan, directrice du Théâtre du chèo du Vietnam, avant ajouter : «Nombre de ces chefs-d’œuvre et extraits immortels du chèo Quan Am Thi Kinh, Xuy Vân, Luu Binh-Duong Lê, Tu Thuc, Truong Viên, Tôn Manh-Tôn Trong, Chu Mai Thân..., ont été présentés fréquemment dans le pays et à l’étranger lors des six dernières décennies».

Quan âm Thi Kinh, un des chefs-d’œuvre immortels du chèo.
Photo : CTV/CVN

Suite à l’invitation de la Maison des cultures du monde, Quan âm Thi Kinh, l’un des chefs-d’œuvre immortels du chèo, a été présenté à Paris en 2012. «Il s’agit de la première fois que des paroles de chèo ont été traduites en français, permettant d’effacer la barrière linguistique pour aider les Français à mieux comprendre cette pièce», partage l’artiste Thuy Tiên.

À l’occasion de la commémoration du 20e anniversaire de fondation des relations Vietnam-États-Unis, le chant populaire chèo du Vietnam a été présenté à l’Université américaine Harvard, en présente de nombreux professeurs américains et du réputé Conservatoire New England Conservatory.

À ce jour, l’art scénique du chèo a formé huit générations d’artistes, dont de nombreux qui ont atteint le niveau des six caractères d’or : Thanh (voix), Sac (beauté), Thuc (interprétation exercée), Tinh (bon truc), Khi (vitalité exprimée par les traits du visage) et Thân (couleurs).

Le Théâtre du chèo du Vietnam s’est vu remettre, le 26 octobre à Hanoï, l’Ordre du Travail de 2e classe. Photo : Thanh Tuê/CVN

Cependant, il y a du pain sur la planche pour maintenir les caractéristiques particulières du chant populaire chèo devant les effets de l’intégration au monde.

«Ainsi, le Théâtre du chant populaire du Vietnam est toujours déterminé à conserver et à faire valoir les principes de l’art scénique traditionnel du chèo, contribuant à pérenniser ce chant populaire. Parce que le chèo serait une discipline artistique classique du Vietnam !», a affirmé Thanh Ngoan, directrice du Théâtre du chèo du Vietnam.

À cette occasion, le Théâtre du chèo du Vietnam s’est vu remettre l’Ordre du Travail de 2e classe en reconnaissance de ses contributions au patrimoine du Vietnam.

Câm Sa/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le programme REG 100 renforce la qualité des resources humaines

Le Parc national de Ba Bê vaut vraiment le détour Le Parc national de Ba Bê est situé dans la province de Bac Kan, à environ 170 km au Nord de Hanoï. Ce site naturel offre un paysage grandiose et une grande diversité biologique.