16/02/2017 16:23
Le président iranien Hassan Rohani s'est rendu mercredi 15 février à Oman puis au Koweït dans le cadre d'une mini-tournée dans le Golfe destinée à lever les "malentendus" entre l'Iran et les monarchies pétrolières arabes de la région.
>>Iran : décès de l'ex-président Rafsandjani homme clé de la République islamique
>>L'Iran tente de convaincre les producteurs non-membres de coopérer avec l'OPEP pour garantir la stabilité du marché

Une photo fournie par le Bureau du président iranien Hassan Rouhani le 15 février montre M. Rouhani (gauche) et le sultan Qabous d'Oman à Mascate.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'Iran chiite entretient des relations très tendues avec plusieurs monarchies du Golfe, en premier lieu l'Arabie saoudite, puissance sunnite et chef de file du Conseil de coopération du Golfe (Qatar, Koweït, Oman, Bahreïn, Arabie saoudite et Émirats arabes unis).

Les deux puissances régionales rivales soutiennent notamment des camps différents dans plusieurs conflits régionaux, notamment en Syrie et au Yémen.

À Koweït, le président iranien s'est entretenu avec l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, qui avait dépêché récemment un émissaire à Téhéran en vue de favoriser la reprise du dialogue entre l'Iran et les monarchies du Golfe.

La rencontre a porté sur le renforcement des relations bilatérales ainsi que sur les "derniers développements régionaux et internationaux", a annoncé un communiqué officiel cité par l'agence de presse Kuna.

Plus tôt mercredi 15 février, M. Rohani s'est rendu à Mascate où il a été accueilli par le sultan Qabous d'Oman. Les deux hommes ont évoqué les relations bilatérales et la situation dans la région, selon l'agence officielle omanaise ONA.

L'Iran entretient traditionnellement de bonnes relations avec le sultanat d'Oman avec lequel il partage le contrôle du détroit stratégique d'Ormuz.

Selon les médias de Téhéran, le président iranien a dit souhaiter "le renforcement des relations bancaires" pour "développer les relations économiques entre Téhéran et Mascate". Il a dénoncé les sentiments anti-iraniens, les attribuant à "un complot fomenté depuis l'extérieur de la région par les ennemis communs de l'islam et des Arabes". "Téhéran a toujours été partisan d'un règlement des problèmes et des différends par le dialogue et la puissance militaire de l'Iran est uniquement défensive", a-t-il assuré, suite aux craintes émises notamment à la suite d'un test de missile balistique récent par l'Iran.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le dernier écrivain public de la poste centrale de HCM-Ville

Bac Giang vise à accueillir plus d’un million de touristes en 2017 La province de Bac Giang (Nord) s'efforce d’accueillir plus d'un million de visiteurs cette année, selon le directeur du Service provincial de la culture, des sports et du tourisme Trân Minh Hà.