15/05/2017 17:34
En marge de la première conférence des hauts officiels de l’APEC (SOM 1) et des réunions connexes tenues à la ville de Nha Trang, province de Khanh Hoà (Centre), le développement du secteur agricole du Vietnam est abordé comme un des éléments les plus importants qui contribuent à une croissance inclusive et durable.
>>APEC 2017 : la seconde réunion des hauts fonctionnaires à Hanoï
>>BAD : la réforme agricole, clef de la croissance économique au Vietnam
>>Le Vietnam contribue activement aux questions communes de l'APEC

Au Vietnam, l’agriculture occupe toujours le rôle majeur sur l’économie.
Photo : Nguyên Câu/VNA/CVN

L’orientation du développement de la production agricole s’impose aujourd’hui comme une priorité, a fait savoir le docteur et professeur associé Nguyên Van Ngai, doyen du département de l’économie à l’Université de l’agriculture et de la sylviculture de Hô Chi Minh-Ville.

Au Vietnam, l’agriculture occupe le rôle majeur sur l’économie. Environ 70% de la population opère dans ce secteur. Ainsi, développer davantage la production agricole permet d’intensifier la valeur économique, d’assurer la sécurité alimentaire et sociale, et aussi de limiter la pollution environnementale.

L’ouverture des échanges commerciaux

Selon Nguyên Van Ngai, dans le cadre de la SOM 1, les représentants des économies membres de l’APEC ont abordé le sujet des échanges commerciaux du secteur agricole. Les interventions suscitent en effet des enjeux dans le processus de mondialisation.

Afin d’amplifier les avantages et limiter des contraintes de la mondialisation sur les économies, Nguyên Van Ngai, délégué de l’atelier sur la «Promotion du commerce des produits qui contribuent à une croissance durable et inclusive grâce au développement rural et à la réduction de la pauvreté», suggère que les économies membres devraient renforcer la coopération en Asie-Pacifique. Les économies membres de l’APEC devraient entre autres trouver des ententes visant à minimiser les coûts de production, créer des liens directs entre les producteurs et les consommateurs pour diminuer des frais engendrés des intermédiaires.

L'élevage de poulet à la campagne vietnamienne.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Pourtant, la mondialisation n’englobe pas que des intérêts auprès de tout le monde. Les pauvres et les petits producteurs qui ne sont pas capables de s’adapter au marché risquent de subir des mauvaises influences. Des solutions visant à soutenir ces paysans sont donc nécessaires.

Les gouvernements jouent donc un rôle indispensable dans le soutien des entreprises agricoles, notamment dans l’amélioration de leur capacité de s’insérer dans les normes changeantes de la concurrence à l’échelle mondiale. Cette aide se reflète dans la construction d’infrastructures moderne ou dans l’élaboration de programmes de restructuration du secteur agricole.

L’agriculture dans la croissance inclusive et durable

Selon Bayu Krisnamurthi, vice-ministre de l’Agriculture de l’Indonésie, l’agriculture s’attache étroitement à la croissance du pays. Toutefois, la croissance amène toujours à des répercussions environnementales. Ainsi, la modernisation et l’application de nouvelles politiques et techniques pour la production agricole devraient être utilisées afin de limiter des nuisances.

Il a aussi souligné que la promotion du commerce des produits agricoles, grâce au développement des zones rurales et la réduction de la pauvreté, contribueraient à une croissance inclusive et durable. Cette proposition a déjà été soulevée par l’Indonésie lors de l’APEC 2013.

Toujours en 2013, l’APEC et le Comité du commerce et de l’investissement ont élaboré une liste qui rassemble les 157 produits agricoles dont leur commerce contribue grandement au développement des zones rurales et à la réduction de la pauvreté, ainsi qu’à la croissance. Par conséquent, ces produits bénéficient à l’heure actuelle de certains avantages fiscaux.

Le vice-ministre de l’Agriculture de l’Indonésie a mentionné que le renforcement de la coopération entre les économies membres de l’APEC dans de nombreux secteurs est nécessaire comme la promotion des activités commerciales, les investissements, la modernisation des infrastructures…

Huy Hoàng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le premier musée privé sur la photographie au Vietnam