13/01/2017 14:46
Faut-il rendre la vaccination contre la grippe obligatoire chez les personnels de santé? Le débat a été relancé par le ministère de la Santé pour freiner la propagation du virus et mieux protéger les personnes âgées et vulnérables.

>>Grippe: à l'hôpital de la Timone à Marseille, "on est sous tension"
 

Le personnel de santé du service des urgences de l'hôpital Trousseau de Tours, le 12 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN


La vaccination obligatoire contre la grippe saisonnière des personnels et des soignants d'établissements s'occupant de personnes âgées, est inscrite dans la loi depuis plus de dix ans. Mais cette mesure a été "suspendue" par décret en 2006, après l'avis du Conseil supérieur d'hygiène publique de France selon lequel "l'obligation vaccinale risquerait d'altérer l'adhésion des professionnels".

Selon le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), la vaccination contre la grippe saisonnière des professionnels de santé doit être "fortement recommandée" et "pourrait être rendue obligatoire en situation de pandémie de grippe". Une obligation à laquelle il faut "réfléchir", selon le directeur général de la santé, au ministère.

Pour l'instant, au niveau national, les vaccins obligatoires pour les soignants concernent la diphtérie, le tétanos, la polio et l'hépatite B.

La recommandation de la vaccination suffit-elle?

Seulement 25% à 30% des soignants sont vaccinés contre la grippe chaque année, selon le ministère de la Santé. Les médecins étant généralement plus vaccinés que les infirmières et les aides-soignantes.

À Paris, à l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), le taux de vaccination des médecins est de 25% et celui des paramédicaux de 10%, selon son patron, Martin Hirsch, qui "appliquerait avec plaisir" la vaccination obligatoire.

"Maintenant ce sont les soignants qui sont responsables!" s'insurge Olivier Youinou, secrétaire général SUD Santé, opposé à la vaccination obligatoire et qui constate "un climat de défiance autour des vaccins qui n'est pas propice à une adhésion large de la population".

Quel est l'intérêt du vaccin?

L'Ordre national des médecins est favorable à l'obligation vaccinale qui serait "une mesure de bon sens pour ajouter une protection contre les épidémies", estime son président le Dr Patrick Bouet sur le site PourquoiDocteur.

"La vaccination des soignants ne peut que contribuer à réduire la mortalité et la morbidité des personnes âgées dans les services de long séjour, à diminuer le nombre d'infections grippales et dans une moindre mesure l'absentéisme", selon le HCSP même si les études dont on dispose "n'apportent pas une preuve claire de ces avantages".

"Les données penchent plutôt en faveur de la vaccination des soignants, mais ce sont des données fragiles", confirme le Dr Bruno Toussaint, directeur éditorial de la revue indépendante Prescrire. "L'évaluation du vaccin reste insuffisante malgré la banalité et la gravité pour certaines personnes de la grippe".

Le Pr Antoine Flahault, épidémiologiste, directeur de l'institut de santé globale de l'université de Genève, est partisan d'une vaccination des soignants en vertu du "principe de précaution". Mais "il faut voir la vaccination comme une stratégie de réduction du risque, avec à l'échelle de la population, moins de complications, moins d'hospitalisations et de mortalité".

Et ce même si l'efficacité de la vaccination chez l'adulte ne dépasse pas 70% (beaucoup moins si le vaccin n'est pas adapté aux souches circulantes) et est plus faible aux grands âges (35%).


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez l'ancien village de Duong Lâm

MasterCard : ​les Vietnamiens promis à devenir des grands voyageurs Le Vietnam connaîtrait une croissance annuelle de 9,5% concernant les départs en voyage à l’étranger pour la période 2016-2021, selon le rapport ​"Le futur des voyages à l’étranger en Asie-Pacifique de 2016 à 2021" (en anglais : Future of Outbound Travel in Asia Pacific 2016 to 2021) publié par MasterCard.